Célébrez la Journée Internationale des Droits des Femmes en posant vos questions aux SimGurus féminines sur la discussion prévue à cet effet: link
Votez pour choisir le prochain kit d'objets Les Sims 4, plus d'informations ici.

[Legacy challenge] Potiron&co

Réponses

  • KanneliaKannelia Messages: 11,786 Membre
    Très belle MAJ.... L'amour avec un grand "A" dans l'air ???...
    Tout comme Nicolas, je dis vivement mariage et bébé :p
    3iam0tjixggu.png




  • Himari74Himari74 Messages: 1,551 Membre
    @Avengers7x Voui, je l'aime bien moi ce Charles :lol:
    Ah mais les Chasseresses, c'est toute une histoire... :wink:
    Merci beaucoup !!! :wink::kissing_heart:

    @nicolasB Merci beaucoup :wink::kissing_heart:
    La suite, je promets rien, mais à priori, dans le début de semaine qui vient... :wink:
    Mari et bébé ? Je sais pas... :smirk: Bon, je suis un peu obligée par le challenge (encore que mari, non :lol: )

    @Kannelia Amour avec un grand A... peut-être bien :wink:
    Vous êtes tous des pressés, c'est pas possible :tongue:
  • Himari74Himari74 Messages: 1,551 Membre
    Chapitre 4 Quelques changements dans les habitudes...

    Ce cher Charles...J'était plutôt heureuse... non, carrément ravie de la manière dont les événements avaient tourné lors de cette discussion. J'espérai seulement qu'il ne se trompait pas. Peut-être avait-il tout imaginé dans son souhait que Gavin trouve enfin le bonheur... Et si je m’étais également trompée ? Si nous nous trompions tous sur son compte ? Non, impossible, murmurai-je sans m'en rendre compte. En effet, je le pensais. Peut-être était-ce stupide et sans doute le contraire avait-il été prouvé bien des fois mais je ne pouvais pas croire qu'une personne pouvant écrire des histoires aussi belles, où l'amour y tenait une place aussi importante, pouvait lui-même ne pas y croire...Je n'étais sans doute rien d'autre qu'une imbécile ayant lu trop de romans pourtant, ma joie et ma conviction lorsque je le vie ne furent qu'augmentées. De nouveau, ce fut moi qui pris l'initiative de l'enlacer. Être dans ses bras me procurait une si grande joie ! Il avait l'air heureux, lui-aussi de me voir. J'avais envie de balayer du revers de la main tous ces "peut-être" qui m'envahissaient. Je ne voulais croire qu'en une chose : ce bonheur que sa vue m'offrait à chaque fois.
    fg8oy9skdvd0.jpg
    Il avait déjà réservé une table (ou plutôt, Charles s'en était assuré) aussi, je pus sauter l'étape "charmant célibataire se plaignant de sa solitude tout en refusant les avances d'une personne qui n'entrait pas dans ses critères de beauté" pour passer directement à la délicieuse étape du choix parmi de la quantité de plats tous plus alléchants les uns que les autres ! Je remarquai toutefois du coin de l'œil que la "Mila" de la dernière fois avait renoncé au charmant célibataire de l'accueil pour dîner en compagnie d'un autre célibataire beaucoup moins attirant (vous vous souvenez du type douteux de la piscine ? et bien, c'était lui...)
    j0kad7uus1fj.jpg
    "C'est un charmant endroit, n'est-ce pas ?, déclara soudain Gavin, mettant un terme au silence gêné qui flottait jusqu'alors.
    - Oui, très charmant !
    - C'est ici que mon père a demandé en mariage ma mère...
    - Ah oui ?, demandai-je en rougissant.
    - Oui ! Ils y allaient souvent ensemble et à la fin du repas... Mais ça ne vous intéresse sûrement pas..., balbutia-t-il en rougissant à son tour comme s'il venait de s'apercevoir qu'il avait justement invité une femme dans ce restaurant.
    - Mais si, au contraire ! Cela m'intéresse beaucoup !
    - Oh... Ce n'est pas vraiment une histoire fantastique...
    - Pourtant, elle compte pour vous, n'est-ce pas ?
    - Hein ? Comment savez-vous ? Enfin, pourquoi dites-vous cela ?
    - Dans un de vos romans... Le héros demande la femme qu'il aime en mariage de la même manière...
    - Vous l'avez lu ?, s'exclama-t-il surpris.
    - Oui... J'aime beaucoup ce que...enfin, ce que vous écrivez..., murmurai-je en baissant les yeux, gênée.
    - C'est vrai ? Vous ne dites pas ça pour me faire plaisir ?
    - Non !, m'insurgeai-je. Je le pense vraiment ! Je possède tous vos romans et c'est avec plaisir que je les lis et relis et..."
    Je me tus soudainement. J'en avais trop dit à présent...
    "Merci beaucoup !, s'exclama-t-il et je relevai la tête, surprise. Vous ne pouvez pas savoir à quel point ça me touche de savoir que quelqu'un lit mes livres et les apprécie !
    - Ah euh..."
    Je ne savais plus ou me mettre. Ce fut Charles qui me tira de ce mauvais pas.
    8bg79zo6kna4.jpg
    "Ces messieurs-dames ont choisi ? Ou bien veulent-ils que je leur laisse un peu plus de temps ?, demanda-t-il avec un clin d'œil à mon intention.
    - Bonjour Charles !
    - Bonjour, miss ! Toujours aussi jolie...et toujours en aussi agréable compagnie à ce que je vois !
    - Charles..., grommela Gavin.
    - Je prendrai bien un macchiato ainsi qu'un "Fruits et yaourt", si cela ne vous dérange pas, le coupai-je comme si je n'avais entendu aucun des deux remarques.
    - Rien ne saurai me déranger tant que votre présence illumine le restaurant où j'effectue mon humble travail !, rétorqua-t-il avec un sourire malicieux. Et vous, Mr Richards ?
    - La même chose", répondit-il en faisant comme s'il n'avait pas perçu le double sens de la question.
    Ce restaurant, quand bien même aurait-il été un véritable taudis immonde, je n'en aurais pas gardé un plus joli souvenir. Je ne voyais rien autour de moi et à peine remarquai-je les maints vas-et-viens de Charles près de notre table tant j'étais plongée dans ma bulle de bonheur. Tout se résumait à Gavin, moi et le "Fruits et Yaourt". ll me regardai. Je le regardai. Et rien d'autre n'avait d'importance. Je ne voyais que ses yeux à l'air aussi enamourés que les miens. Cela suffisait à rendre mon bonheur, non, toute mon existence parfaite. C'était aussi beau que dans le plus pur des romans. Aussi beau que Roméo et Juliette. Aussi beau que Rodrigue et Chimène. Aussi beau qu'Orphée et Eurydice. Aussi beau qu'Andromaque et Hector. Aussi beau qu'Antigone et Hémon. Aussi beau que Cosette et Marius. Aussi beau que Denise et Octave. Aussi beau qu'Éléa et Païkan. Gavin et Mareva. Était-ce un rêve ou bien la réalité ? Étais-je vraiment la seule à y croire ? N'y avait-il pas dans ses yeux cette lueur que je croyais y voir ? Impossible.
    iprt4jpgvczy.jpg
    Je finis le repas sans presque m'en rendre compte. Je ne voulais pas partir, pas maintenant. J'avais encore tant de choses à découvrir dans ses yeux. Pourtant, il me fallut bien me lever. Il se leva à son tour. Je ne voyais plus personne autour de moi. Alors, comme dans un rêve, je me hissai sur la pointe des pieds et...
    kd97ee36j1k4.jpg
    Tout-à-coup, je réalisai ce que je venais de faire. Je devins plus cramoisie qu'un champ de coquelicots et m'enfuis en courant, sans oser jeter un regard en arrière. Je courus, courus, sans m'arrêter. Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas couru comme ça, encore moins sur des talons de cinq centimètres et dans une jupe longue. En fait, ce devait être une première. J'arrivai devant chez-moi totalement essoufflée, le cœur battant à se rompre. Je crus que l'air ne parviendrait jamais plus jusqu'à mes poumons agonisants. Bon Dieu mais qu'est-ce que j'avais encore fait ! Quelle imbécile ! Je me jetai sur mon lit de camp qui grinça dangereusement puis me saisit d'un livre qui traînait toujours près de celui-ci. Je dus me forcer pour garder le sourire. C'était mon roman préféré de lui. La fin était si belle et en même temps si triste... Je me sentis de nouveau gourde et stupide. Ne serais-je jamais capable de ressembler un peu à une de ces héroïnes de romans ? Aurais-je jamais moi-aussi, ma belle histoire ? Je soupirai pour la quinzième fois en cinq minutes. Bon sang, quelle idiote tu fais, Mareva Potiron !
    y0zelw116b4w.jpg
    Je partis au travail, après avoir encore reparcouru ces délicieuses pages. "Blanche ! Un cri de détresse jaillit de sa bouche sans qu'il ne puisse le retenir. "Blanche ! Blanche !" Mais la dame était froide, immobile comme un statue. Jamais plus il ne l'entendrait crier ce mot en y mettant tout son cœur, toute son âme aussi pure que son nom. Jamais plus les lèvres rouges ne s'ouvriraient sur cet unique et seul nom : "Angel !" Jamais plus, il ne lirait dans ses yeux sa tristesse infinie, son désespoir. Jamais plus, elle n'aurait de regrets. Jamais plus son regard douloureux ne le blesseraient autant qu'il le séduisait. Non, il n'y aurai jamais plus de Blanche sur cette Terre maudite. Jamais plus de lumière. Jamais plus d'espoir. Elle était apaisée. La belle jeune femme avait enfin rejoint son si précieux amour, le laissant, seul, las comme il ne l'avait jamais été. Elle lui avait laissé pour seule trace de son existence, que cet enfant. Il le pris dans ses bras avec une douceur infinie et murmura : "Il s'appellera Ange, son cher Ange...". J'aimais tellement ce passage...et tant d'autres qui suivaient. Je cuisinai de nouveau excellemment ce soir-là. J'avais presque oublié ma sottise en lisant de nouveau ce livre, œuvre de celui que j'aimais et œuvre que j'aimais presque autant. C'est fou comme quelques mots sur le papier peuvent vous toucher au plus profonde vous-même...Sans doute que ma promotion, je la devais autant à cette magnifique œuvre qu'à mon propre talent !
    60irro83huua.jpg
    Pour toute récompense, je m'offris un de mes délicieux brownies accompagnés...d'une bonne nuit de sommeil !
    wio4f6fpmal7.jpg
    dnuznoft2i1m.jpg
    Blanche et son "cher Ange" veillèrent sur moi cette nuit-là. Je ne m'éveillai que bien tard, m'épargnant ainsi bien des ruminations et sitôt levée, je devais déjà reprendre le travail étant donné que mes horaires avaient été décalés.
    q6q9cunxz7xt.jpg
    À mon retour, j'étais épuisée, aussi, je pris à peine le temps d'avaler quelque chose avant de retourner plonger dans un délicieux sommeil. Bientôt, il y aurait les jours de congés... Il me serait plus difficile d'éviter toute songerie m'éloignant de l'univers rassurant des livres. Je ne pouvais toutefois pas m'arrêter de vivre parce que j'avais peut-être ruiné une amitié qui m'étais si chère !
    mxlze0fdaofk.jpg
    Le lendemain matin, le soleil se leva et avec lui vinrent des "ô-combien-attendues-avec-anxiété" factures. Heureusement, mes promotions me permirent de les payer même si l'argent manqua en conséquence pour acheter un bar nécessaire à mon nouveau statut dans le restaurant.vxc5ixupmyrx.jpg
    Je dus donc me déplacer jusque dans le bar du Parc de San Myshuno où la barmaid accepta avec joie que le remplace pour lui octroyer une pause bienvenue. Alors que je servais les uns après les autres les éternels habitués du bar, je me figeai tout-à-coup : Gavin venait d'entrer. J'appelai aussitôt la barmaid pour qu'elle reprenne son service tandis que je sortais en tentant de faire comme si je n'avais pas vu le nouvel arrivant. Cela me fut extrêmement difficile, d'autant plus qu'au moment de franchir la porte, il s'exclama : "Mareva ! Je vous cherchais just..." La porte se referma derrière moi et je n'entendis pas la suite de sa phrase. De nouveau, je me mis à courir le plus rapidement possible. Allais-je continuer à le fuir indéfiniment ? Cela me serait-il seulement possible ? Mais je ne m'imaginais pas croiser de nouveau son regard sans mourir de honte ! Ô Mareva, qu'as-tu fait, petite imbécile ? Je regagnai mon lieu de travail sans parvenir à m'apaiser. Je revins, tout aussi tendue et angoissée qu'avant.
    w8t0yw3tn3f9.jpg
    Je décidai alors de me lancer dans un potager... Oui, oui, Dieu seul sait ce qui se passe dans ma tête, des fois ! J'espérai au fond de moi que cela m'occuperait suffisamment pour me faire oublier ma bourde ou tout au moins, me donner une raison de passer mes journées sur mon terrain plutôt que sortir dans des lieux ou je risquai de rencontrer Gavin à chaque coin de rue. Peut-être le temps changerait-il cela mais je me sentais pour le moment incapable de me présenter face à lui.
    s549tnzk9tui.jpg
    pfvwg16r68zo.jpg
    Et comme toutes les fois où la solitude me pesait trop, je ressortis du frigo quelques brownies. Je ne sais pas combien j'en mangeais. Je ne voyais pas le temps passer. La lune remplaça peu-à-peu le soleil dans le ciel que la voûte étoilée commença de recouvrir. Puis le processus inverse se mit en place et je restai, là, mangeant mes brownies comme une pauvre fille.
    ehd7tg4vryy2.jpg
    Lorsque, enfin, la fatigue l'emporta, je regagnai mon lit, délaissant le plat de brownies vide. Le soleil était déjà haut dans le ciel mais je n'en dormis que mieux, rassurée par l'idée que le jour allait passer sans moi. Que lorsque je me réveillerai, il serait déjà bien tard, m'évitant ainsi bien des ennuis.
    g9hm5jw9it6t.jpg
    En effet, à mon réveil, le soleil descendait déjà bien bas, teinté d'une couleur rosée. Je m'emparai, comme à mon habitude, d'un des livres posés sur l'étagère et, toujours comme à mon habitude, je me délectai de ces passages, lus et relus des centaines de fois.
    "Pourquoi ne m'avoir rien dit ? Pourquoi me l'avoir caché toutes ces années ? Pourquoi m'avoir amené ici ? Pourquoi ? Pourquoi ?
    - Je t'en prie, ne pars pas, reste avec ta pauvre mère ! Je n'ai que toi au monde ! Je t'en supplie...
    - Vous n'êtes pas ma mère ! Je ne vous croirez plus jamais ! Répondez ! Pourquoi ? Me détestez-vous tellement que...
    - Ne dis pas ça ! Tu n'en as pas le droit... J'ai essayé, oui, j'ai essayé de te détester. J'ai même voulu te tuer, toi, son fils bien vivant quand je n'ai jamais pu en avoir. Toi, son fils, le fils de celle qui m'a tout pris. Oui, je gardais la couronne, mais elle avait tout le reste. Elle m'a pris ce que j'avais de plus précieux en ce monde : son amour et son fils. Alors j'aurais voulu vous détester tous les deux, mais je n'ai pas pu. Oui, je t'aime comme mon fils, ce fils que je n'ai jamais pu avoir, que je n'aurais jamais. Reste. Tu es la seule chose... La seule chose qui me reste encore... S'il te plaît, ne me laisse pas toi-aussi...
    - Adieu, mère. Je ne peux pas rester. C'est comme une prison, ici... Non, c'est pire. N'essaie pas de me retenir. Adieu.
    - Tout ce que j'ai fait, je l'ai fait pour toi. Dehors, ils t'attendent ! Il n'y a rien pour toi, là-bas ! Écoute-moi, une dernière fois, je te supplie de ne pas aller là où je ne pourrais plus te protéger !
    - Peut-être que tu as raison, que seul danger et mort m'attendent là-bas... Mais je préfère mille fois la mort à cette jolie cage que tu m'as créé..."
    Rien, plus rien, le noir, le froid. Tout, tout, elle a tout perdu. Désormais, il ne lui reste plus qu'à attendre la mort, pour qu'elle puisse enfin revoir celui qu'elle a aimé si tendrement et cette femme, si belle, si grande, tellement gracieuse même dans sa mort ! Doucement, elle se laisse glisser à terre, elle le voit qui part, lui laissant le néant.
    chcbi692ba74.jpg
    Un bruit me fit relever brusquement la tête. Tout d'abord, je ne vis rien de plus que la lumière éclatante du soleil mourant à l'horizon. Puis je le vis, lui. Je devins subitement pâle, refermait mon livre et le déposai en tremblant sur les étagères. De nouveau, je me tournai pour le voir arriver, droit sur moi, comme un bourreau venant m'annoncer ma sentence. Je compris ce "néant" qu'avait dû ressentir la femme dans le livre. Quel néant s'emparerait de moi s'il venait pour me demander de ne rien espérer ? Quel angoisse terrible que de le voir arriver sans plus savoir rien, la tête vidée, vidée de toutes ce certitudes qu'il me semblait avoir acquises lorsque j'avais osé...Mon Dieu, Mareva ! Sois courageuse, une fois dans ta vie !
    yyvqtgrckixe.jpg
    Je m'avançai, un sourire forcé sur les lèvres et m'exclamait d'un ton qui sonnait faux à mes oreilles :
    "Bonjour, Gavin !"
    cxgpfdg5gsgb.jpg
    9jjpojgpq68y.jpg
    Il fit un pas vers moi. J'osais à peine respirer.
    "Mareva ! Je vous ai trouvée, enfin ! Je... Je m'excuse... Je suis un imbécile...J'ai...
    - Non, non, c'est moi !, balbutiai-je. Je m'excuse pour mon comportement... C'était bête...Si vous acceptez de rester mon ami, je vous promets de...
    - Non, rétorqua-t-il."
    Les larmes me montèrent aux yeux. Je le savais pourtant, j'était la seule à blâmer. C'était quelque chose que je ne pourrais jamais me pardonner.
    "Non, désolé, mais non, Mareva. Je ne veux... je ne peux plus être votre ami.
    - Oui, bien sûr, je le comprends...
    - Non, vous ne le comprenez pas ! Mareva...J'aurais déjà dû vous le dire, mais je suis trop stupide pour l'avoir fait. L'autre jour, je n'osai y croire... Je vous aime Mareva, alors ne dites pas que c'est une erreur, sinon...je ne sais pas...
    - Pardon ?
    - Je vous aime Mareva, je vous..."
    Soudain, tout s'illumina. Le coucher de soleil me parut plus beau que jamais. Tout était beau. Tout était parfait. Gavin m'aimait. Gavin m'aimait ! Gavin m'aimait !!!! Je me jetai dans ses bras et l'embrassai, emplie de cette certitude. Gavin m'aimait. Ma vie avait enfin un sens. Comme tout vous paraît plus beau lorsqu'on aime et qu'on est aimé en retour ! Comme tout vous paraît changé !
    3j3re0s7vol8.jpg
    J'étais tellement heureuse que les mots franchirent mes lèvres sans y penser... que c'était peut-être trop tôt, etc, etc...Il n'y a pas de temps à prendre, quand on s'aime. Profiter de chaque instant, c'est déjà si peu.
    "Gavin... Je sais, c'est petit ici, même très petit. En fait, c'est même pas une maison. Mais si vous... si tu voulais bien vivre ici, avec moi, qu'on la construise ensemble, la maison de mes rêves, alors, je serais la femme la plus comblée du monde !"
    phbcvd3v02x6.jpg
    "Mareva... S'il y a une place, même toute petite, pour moi, dans le lieu où tu vis, je la prendrai, pour ne plus jamais te quitter !
    - Hihi, tu écris trop de romans, mon cher Gavin ! Il y aura toujours une place pour toi, ici, toujours...
    - Mareva ?
    - Oui ?
    - Je t'aime !"
    8j6pz3x6bsf9.jpg
    6wzps6cy955q.jpg
    ay6677gorynp.jpg
    Comme pour marquer son arrivée chez-moi... Non, chez-nous, à présent ! Bref, comme pour marquer son arrivée chez-nous, Gavin m'offrit le bar que je n'avais pas pu m'offrir, faute d'argent. Mais mon ravissement était-il dû à ce cadeau ou à sa présence nouvelle ? Je crois que s'il fallait trancher, j'opterais pour la seconde solution.
    yphk6lnb61s3.jpg
    Lui, il fit un rapide tour du propriétaire avant de décider que ses trois choses préférées (dans le rare choix proposé) dans notre chez-nous, étaient le petit jardin dont il s'occupa avec plaisir....
    3hgantdwd8eg.jpg
    ... la bibliothèque, bien évidemment...
    n3uxg41fnhyo.jpg
    ...et moi.
    gvdqxfnz532q.jpg
    Je ne dirais pas que c'est un "happy-end", j'ai toujours détesté les contes finissant ainsi. Non, c'est là le début, le commencement de toute chose...
    gsoqmz51gy32.jpg
    xxkczly2jjl3.jpg
    ekt9vff2866i.jpg
    8juvghp7x0y1.jpg
  • Avengers7xAvengers7x Messages: 1,659 Membre
    Un bébé :o ?...
    Challenges : Legacy (partie perdue)
    Spin-off : Les Boronoff (partie perdue)
    Histoires : Le réveil de l'Enchantée
  • nicolasBnicolasB Messages: 4,673 Membre
    et ben voilà, une de plus de casée ^^
    ça a pas été simple cette histoire :)
    Les CC c'est le MAL !!
    Pensez à redimensionner vos images et les convertir en jpg avant de les mettre sur le forum ! Merci : Tuto cliquez ici
  • Esrana18Esrana18 Messages: 603 Membre
    J'adore la façon comme tu écrit c'est très bien raconter et félicitation pour Mareva et Gavin. ;)
    ID Esrana18
  • KanneliaKannelia Messages: 11,786 Membre

    @Himari74 : oh... comme ils sont mignons et attendrissants!! ;)
    L'amour transpire, l'amour triomphe et comme c'est beau.
    Bravo pour tes tourtereaux ... et bientôt... bébé ?
    J'ai aimé cette douce MAJ ;)
    3iam0tjixggu.png




  • lalia181211lalia181211 Messages: 3,021 Membre
  • Himari74Himari74 Messages: 1,551 Membre
    @Avengers7x Ah ça... Peut-être bien... :smirk:

    @nicolasB 'Sont pas encore mariés les loupiots ! Il peut encore se passer des tas de choses :tongue:

    @Esrana18 Merci beaucoup :blush:

    @Kannelia Hihi merci beaucoup :blush: Je suis bien contente que ça t'ait plus ! :wink: Et pour le bébé, c'est à voir... :smirk:

    @lalia181211 Oui, en effet ! :wink:
  • hhoshizorahhoshizora Messages: 9 Membre
    superbe histoire!! hâte de lire la suite, j'adore les petits détails :)
  • Himari74Himari74 Messages: 1,551 Membre
    @hhoshizora Merci beaucoup ! :blush:

    Chapitre 5 L'inconnue (1)
    Depuis que nous habitions ensemble, Gavin et moi, tout était parfait. Oh bien sûr, on ne vivait toujours pas dans un palace et les ennuis d'argent commençaient à se faire sentir car vivre à deux, c'était bénéficier d'un nouveau salaire mais aussi de nouvelles dépenses...Mais on le vivait plutôt bien et Gavin faisait tout pour m'épargner les tâches ennuyeuses. Il s'occupait du jardin avec une bonne volonté légendaire.
    rm04hbtxqbh1.jpg
    Et se proposait toujours pour faire la vaisselle. Il fallait bien aussi avouer qu'à la énième assiette brisée sur le sol grâce à mes merveilleuses mains d'une maladresse inhumaine, il m'avait gentiment pris des mains la suivante en me murmurant qu'il vaudrait peut-être mieux qu'il le fasse lui-même...
    b7u4b9q45bph.jpg
    Moi, j'étais la plus heureuse du monde. Il ne me fallait pas grand-chose, aussi...Tant que j'avais les bisous de mon chéri et de la bonne nourriture, tout m'allait !
    l4opydq9mh0s.jpg
    iitn0lm0rstd.jpg
    Pourtant, il y avait bien quelque chose qui me chiffonnait depuis un certain temps. J'étais surprise de ne plus trouver ma nourriture aussi délicieuse qu'avant et il m'arrivait de plus en plus fréquemment d'être prise de nausées. Je ne m'en inquiétais pas trop pour le moment mais j'hésitai en à parler à Gavin. Jusqu'à présent, je ne m'y étais pas résolue... Ce cher Gavin ! Il avait déjà bien assez de travail entre l'entretien du jardin, ses livres, ses efforts pour que nous ayons enfin un toit et une empotée comme moi sur les bras pour que je l'embête avec ce qui devais simplement être un plat mal digéré !
    1lh0uncutkmr.jpg
    J'avais revu Miko, une fois, devant la bibliothèque où j'étais venue avancer sur un nouveau projet d'écriture soufflé par ma Muse. Elle était toujours aussi souriante et amicale (je parle de Miko et non de ma Muse qui pouvait être têtue comme un mule, au contraire de mon amie aux cheveux roses)
    "Oh ma poulette ! Ça faisait un bail dis-donc ! Et avec Gav' ? Ça avance ?
    - Ça pour avancer !!! Je te remercierai jamais assez ! Tu m'as drôlement soutenue !
    - Bah, c'est normal, t'es ma cop's après tout ! Et puis, ça m'amuse !"
    m2yecn6y3s19.jpg
    "Ah et au fait, ça a fonctionné le coup du téléphone ? J'avais peur d'avoir été un peu trop allusive sur ce coup-là en me croyant un peu trop dans un film...
    - Hein ? De quoi tu parles ?
    - Euh... Il a ton numéro ?
    - Oui...
    - Et tu lui as pas demandé comment il l'avait eu ?
    - Ben, il m'avait dit que c'était toi, enfin, une fille aux cheveux roses, donc j'ai supposé...
    - Bon, je suppose que tu ne connais pas l'histoire, ou du moins, pas selon mon point de vue ! J't'explique : j'ai carrément été une Totally Spies !!!! Donc, je me suis habilement glissé près de ma cible avec cet air mystérieux de l'agent secret en mission et quand j'ai été juste à côté de lui, je lui ai glissé dans la poche un morceau de papier avec ton numéro griffonné dessus et en prenant ma voix la plus grave et sérieuse, je lui ai dit : "Ce numéro est celui de la fille qui compte le plus pour toi...". Puis je suis repartie ! Classe, non ?
    - Pardon ? Il m'avait pas raconté tout ça !, me récriai-je en rougissant.
    - Qu'est-ce qu'il a dit quand t'as décroché ? Raconte !
    - Euh un truc du style "Ah, Mareva, c'est bien toi". Ça m'avait paru bizarre sur le coup mais...Si j'avais su !!!!, continuai-je en rougissant de plus belle.
    - Haha c'est génial ! On se croirait dans le bouquin le plus à l'eau-de-rose du monde entier ! Oh, miss, j't'adore !!!, s'exclama Miko, l'air vraiment surexcitée. Et donc, z'en êtes où ? Je veux tout savoir ! Et t'as intérêt de me donner les détails !
    - Regarde ça et dis-moi ce que t'en penses !"
    gop3s3ue5u47.jpg
    "Non... Ne me dis pas que c'est ce que je crois ?
    - Ça dépend ce que tu crois, mais je crois bien que si !
    - Vous habitez ensemble ? Genre ensemble pour de vrai ? Et ensemble... Vraiment ensemble ? Comme des amoureux ? Pas juste un ami comme coloc' ? Oh allez ! Arrête de me faire languir !
    - Bah oui...
    - "Bah oui" ? Non mais attends, Marev' ! Tu réalises le rêve de toutes les femmes sur Terre avec un type génial que t'aimes et qui t'aime et tu me réponds "Bah oui" ? Je te jure que si c'était pas toi, je t'en mettrais des baffes !
    - Toi, t'habites bien avec Akira, là !
    - Non mais c'est pas pareil du tout !!!! Akira, ben... C'est Akira, quoi ! La seconde d'avant, on était les deux meilleurs amis du monde en train d'hurler comme des sourds à la machine à karaoké et la seconde d'après, il a rencontré une mignonne p'tite blondinette au bar et moi, j'existe plus pour personne !
    - T'es amoureuse ?
    - Non ! Enfin... p'têt', j'sais pas...Si tu savais comme il m'énerve des fois ! Y'a des moments où je crois vraiment que c'est le type le plus formidable de la Terre et où, oui, j'suis amoureuse et puis après, j'ai envie de le virer de l'apart' et de lui dire d'inviter sa nouvelle hirondelle ailleurs que sous not' toit ! Et là, quand il me fait son petit sourire à la noix qui les fait toutes craquer, j'ai envie de lui lâcher le chien d'ma robe sur sa p'tite tête de serial-lover ! En fait, j'aimerais bien qu'il se décide lui... Amie ou un truc en plus ? Parce que, des fois, il me traite comme Darling : la bonne copine avec qui il aime bien se défouler au karaoké mais y'a d'autres fois où je sais plus trop ce qu'il attend de moi...Il me lance des petits regards en coin, il détourne les yeux quand j'lui souris et quand j'essaie de détendre l'atmosphère en plaisantant sur sa nouvelle conquête, il s'énerve en me disant que je comprends absolument rien et tu verrais ce regard qu'il me fait... Bref, j'sais pas trop avec lui...
    - Mais tu l'aimes bien, pas vrai ?
    - Ben, c'est un super copain, même s'il est vachement égoïste des fois. Et puis, au bar karaoké, pour l'instant, on est imbattables ! En plus, c'est le seul à m'écouter quand je me met à déblatérer toute seule sur la politique, la condition féminine et tous ces trucs qui me passent par la tête et que les gens lèvent les yeux au ciel quand je me mets à en parler...Mais franchement, pour l'instant en tous cas, je laisse sa vie amoureuse à toutes les pimprenelles qu'il ramène ! C'est trop compliqué dans sa tête pour moi ! Moi, j'veux quelqu'un qui sache ce qu'il veut, qui soit prêt à faire pas mal de trucs pour celle qu'il aime, pas un flemmard qui attend que sa vie se passe ! Je sais que je veux un peu l'impossible mais je peux te dire que quand je l'aurais trouver, je le lâcherais pas ! Parce qu'une pépite comme ça, y'en a pas 100 par génération, tu peux en être sûre !"
    adf3ui1dgm88.jpg
    "Mmm... J'vois le genre ! Mais t'as bien le droit d'être un peu exigeante ! Et puis moi, j'ai trouvé le mien ! Donc, si tu trouves le tien, tu me le dis de suite, ok ? Je veux être là pour voir ta pépite ! Et tu pourras compter sur moi pour jouer la Totally Spies à la perfection !
    - 'Faut te trouver un costume, alors !
    - T'inquiètes, je gère, j'ai déjà le bas !"
    Miko pouffa avant d'exploser de rire. Oui, c'était pas drôle. Mais même la blague la plus nulle de tous les temps pouvait faire rire deux vieilles amies qui se retrouvaient. J'avais l'impression de rattraper mon adolescence perdue dans la solitude. Une amie avec qui on pouvait rire même des plus grandes absurdités du monde, c'était ce genre de choses que personne ne pouvait obtenir seul. Nous finîmes toutefois par regagner l'intérieur de la bibliothèque. Et même si Miko semblait s'acharner à me déconcentrer dans mon travail, j'y avançai quand même mieux que dehors.
    n8v132y81eru.jpg
    "Non mais j'a-do-re le style du bibliothécaire ! Pour les cheveux bleus, ok,j'ai rien à dire, mais franchement, reconnaît que la petite coiffe, c'est quelque chose !
    - Mais tais-toi ! Il va t'entendre !
    - Bah quand on met ce genre de truc dans ses cheveux, on s'attend à des remarques, non ? Moi, par exemple, je sais qu'il y aura forcément quelqu'un à chaque coin de rue pour me dévisager bizarrement ! Je m'en offusque pas pour autant !
    - Hum, si tu le dis...
    - Bon, ok, peut-être bien que si...Oh mais je t'ai pas raconté que l'autre jour, au karaoké, un type m'a sifflée en m'appelant Pink lady... Haha, celui-là, il remettra pas les pieds de sitôt dans un karaoké...et surtout pas dans monkaraoké !!!"
    Au bout d'un moment, je me résolus à quitter mon amie : je ne voulais rater pour rien au monde le retour au bercail de mon cher et tendre qui me manquait déjà ! J'étais amoureuse...et pas qu'un peu !
    t2ew101kxnlm.jpg
    Mon p'tit Gavin faisait du jardinage pendant que je faisais à manger. Bref, on avait un véritable petit quotidien, très confortable. Tant qu'il était là, j'étais bien et c'était réciproque. Je me souviendrai toute ma vie de cette période un peu insouciante où nous étions juste tous les deux, pleins de rêves et croyant que, finalement, il me serait bien plus facile que je ne l'imaginais de fonder cette famille qui devait libérer ma mère.
    5l1vd6v8zttg.jpg
    hfqm5wyc9yb6.jpg
    Je ne songeais plus aux craintes que m'avaient confiées ma mère, à ses histoires de Dieux et du fait que je pourrais les intéresser. Je ne voyais pas ce qui pourrait m'atteindre. J'étais reine dans son cœur et Ils auraient pu me prendre ce qu'ils voulaient que cette certitude n'auraient pas cessé de me faire remporter toutes les victoires qu'on exigeait de moi. Et puis je ne pensais pas sérieusement à ces histoires, ou plutôt, je ne souhaitais pas y penser dans mon bonheur parfait. Qui se serait intéressé à moi ? Qui aurait pu avoir autant de haine vis-à-vis d'un petit couple insignifiant comme il en existait tant d'autres ? Non, vraiment, je ne voyais pas pourquoi j'aurais plus à craindre qu'une autre.
    qaemxo5ux3nv.jpg
    a6d04mdppdt4.jpg
    Ces histoires-là n'arrivaient que dans les livres. À présent que j'étais pleinement heureuse, je n'enviais plus ces demoiselles au cœur vaillant qui vivaient tant d'aventures. Je m'étais enfermée dans mon cocon d'amour et ne lisais plus pour m'évader de cette Terre, mais simplement pour goûter un peu aux jolis mots de Gavin, pour m'en emplir un peu plus que je ne le faisais déjà. La statue n'avait plus prononcé une parole. J'en arrivais parfois, si, dans ma solitude, je n'avais pas rêvé les paroles de ma mère...
    l2xdazu2ka6v.jpg
    La nuit était tombée. Je me sentais bercée par le son de sa respiration qui se mêlait à la mienne. Tout-à-coup, je fus réveillée en sursaut. Une pluie de confettis me tomba sur la tête et, même si je savais bien que j'avais récemment abusé des brownies au chocolat, j'avais l'impression que mon ventre s'était considérablement arrondi. Je compris tout-à-coup. J'eus une joie subite : j'allais avoir un enfant ! Un enfant avec cet homme que j'aimais tant, qui avais été ma plus grande joie. Comment pourrais-je ne pas en être heureuse ?
    m5a48dp8yg2h.jpg
    Je me précipitai pour réveiller l'heureux papa, mais, ce faisant, un doute me prit. Nous n'avions même pas de toit, à part au-dessus de notre petite salle de bains. Jusqu'à présent, nous avions vécu de manière précaire, mais suffisamment correctement pour deux. Et le petit ? Pouvions-nous nous permettre dans avoir un alors que notre compte bancaire se résumait trop souvent à une poignée de simflouz ? Gavin avait ouvert les yeux alors que je songeais à tout cela. Il eut un sourire, son sourire si doux, qu'il me réservait toujours. Je me sentis aussitôt mieux. Tout allait bien se passer. Nous étions deux. Je songeais à mon père qui avait dû m'élever tout seul, sans aide aucune et je me répétais une nouvelle fois ces mots. Nous étions deux.
    x9o0nxb8jlmn.jpg
    "Qu'y a-t-il, Mareva ? Quelque chose ne va pas ?
    - Hmmm... Je ne sais pas, ça dépend du point de vue, répondis-je avec un brin de malice dans la voix.
    - Chérie, je suis vraiment, vraiment très fatigué, alors si tu pouvais... aller droit au but ?, soupira-t-il, l'air en effet sur le point de se rendormir.
    - D'accord. Je suis enceinte.
    - Très bien...Pardon ????, s'écria-t-il, tout-à-coup très éveillé.
    - On va avoir un bébé Gav'... Tu vas être papa...
    - Hein mais je...tu...il..."
    Sur son visage passa le mélange d'une multitudes d'expressions : peur, trouble, anxiété, désarroi, joie et émerveillement. Finalement, il afficha un sourire béat et quelques larmes de bonheur coulèrent même sur ses joues.
    "Oh Mareva ! C'est tellement...extraordinaire ! Je sais parfaitement que ça risque d'être difficile à cause de... tout un tas de choses, à commencer par l'argent mais je suis tellement heureux... On va former une famille..."
    lndkt7c2242n.jpg
    "Tu es content, alors ?, murmurai-je timidement.
    - Bien sûr que je le suis !
    - Alors c'est tout ce qui compte..."
    y4iamk4hzbxz.jpg
    "Hum... Mareva...
    - Oui ?
    - Ça fait un moment que j'ai envie de te donner ça mais je ne trouvais pas le bon moment... En fait celui-ci n'est pas vraiment celui que j'espérais mais voilà...Maintenant tu portes mon enfant et je ne peux absolument pas te laisser le faire toute seule.
    - Gavin ? Qu'est-ce que..."
    x9cisiv05vjx.jpg
    "Mareva Potiron, me feriez-vous l'immense honneur de devenir ma femme ?
    - Hein ? Que ? Quoi ? Tu ? Nous ? Je ? Mais oui, bien sûr !"
    qln0kse26crk.jpg
    Je me sentis emplie d'une joie encore plus grande que toute celle que j'avais pu ressentir jusqu'à présent. Je songeai en cet instant qu'ajouter encore à bonheur m'aurait sûrement tuée ! Je n'imaginai pas que l'on puisse être plus heureuse que moi, en pyjama devant le petit cabanon minable qui me servait de salle-de-bains et une statue censée renfermer l'esprit de ma mère, devenant d'un même coup, maman et fiancée à l'homme que j'aimais plus que tout.
    "Oh Gav'... Tu n'aurais pas pu trouver de meilleur moment, je t'assure..."
    zba7nvm89ona.jpg
    Je lui sautai aussitôt au cou, dans un élan de joie et d'amour.
    "Euh, miss, fais attention quand même ! Je te rappelle que tu es enceinte !"
    5mafp3mg75y7.jpg
    "Oui mais je savais que tu me rattraperais. Tant que je suis ici, je n'ai rien à craindre...
    - Tu es bien romantique aujourd'hui, toi..."
    4wunwtjlrvd0.jpg
    "Tu as sans doute raison... Mais là, je crois que je vais vomir...
    - Oh..."
    Il me déposa avec douceur mais de manière rapide sur le sol et, dans mon grand romantisme, je me précipitai aux toilettes pour rendre mes macaronis. Je sentais que cette grossesse n'allait pas être de tout repos...
    eabnwvypoawr.jpg
    dlrjxofbdzi2.jpg
    Les jours passèrent et rien ne changeait dans notre quotidien douillet, si ce n'était mon ventre qui s'arrondissait de jour en jour.
    du8hdl1ayq7o.jpg
    Les moments qui m'étaient les plus précieux étaient ceux où nous pouvions lire, tous les deux, à côté, car trop souvent à mon goût, nos horaires de travail différaient, ce qui entraînait de fort longues journées où nous ne nous retrouvions qu'à la tombée de la nuit. Ces moments, je les goûtait donc avec plus de joie, sachant qu'ils étaient rares.
    ikjtfoz7c4s7.jpg
    Pendant que je travaillai, je savais que je n'avais aucun souci à me faire. Gavin allait travailler à la bibliothèque et rentrai toujours avant moi. Et là-bas, il restait plongé dans son travail sans regarder personne autour de lui jusqu'à l'heure dite.
    8dwczp8xgu5d.jpg
    Et un peu avant que je ne rentre, il rentrait lui-même.
    wbchjrxeerqc.jpg
    Un beau jour, toutefois, il n'alla pas comme de coutume à la bibliothèque. Et lorsque je rentrai à la maison, une surprise m'attendait...
    g9zsd7iwilv8.jpg
    ncntg0j2epke.jpg
    ukz7cpqxjicd.jpg
    C'était minuscule mais nous avions enfin un toit sur la tête ! De plus, je revenais moi-même avec une fameuse surprise...
    m95uyy773v4p.jpg
    C'est en cet instant, alors que mon bonheur était parfait, qu'elle apparut. Lorsque je la vis, je ne remarquai pas que sa chevelure était parfaitement en place, ses vêtements à peine froissés et qu'elle portait en plus de cela, des bijoux et une ceinture dorée. Je n'hésitai pas une seconde et m'exclamai : "Gav' ! Viens voir !"
    qyt74zr70z70.jpg
    Nous nous approchâmes le plus silencieusement possible de la jeune femme qui dormait, juste en face de notre maison.
    "Gav', qu'est-ce qu'on fait ? On ne peut tout de même pas la laisser dormir là !
    - Je suis entièrement d'accord avec toi, mais que veux-tu qu'on fasse ? Nous n'avons pas plus de place pour elle chez-nous que ce banc !
    - Oui, tu as sans doute raison... Mais je ne peux pas laisser cette fille là, tu comprends ?"
    ntwynao9hll9.jpg
    Tandis que nous discutions ainsi, la jeune fille se redressa sur le banc et son bâillement nous fit sursauter. Nous nous retournâmes aussitôt. Elle n'avait vraiment pas l'air d'une fille habituée à dormir au grand air. Elle avait l'air trop jolie et surtout beaucoup trop délicate pour passer ses nuits sur des bancs qui passaient par là.
    eufctkpmt855.jpg
    "Bonjour mademoiselle, commença Gavin.
    - Qui êtes-vous ?, répondit-elle, sur la défensive.
    - Je m'appelle Gavin Richards et voici ma fiancée, Mareva Potiron", continua-t-il.
    La jeune fille eut un sourire presque imperceptible et déclara :
    "Moi, je m'appelle Eva. Eva Ap... euh... April, je veux dire. Eva April."
    lkjn7d2n6xmm.jpg
    "Et que faites-vous ici ?, demanda Gavin. Votre visage me dit quelque chose mais je ne parviens pas à me rappeler où je vous ai déjà vue...
    - Je suis pianiste, répondit-elle. Je joue souvent à Willow Creek, dans des bars ou pour des mariages...
    - Ah oui, je me souviens ! Je vous ai vue pour le mariage de mon ami, Mitchell Kalani !
    - Oh ! En effet, je me souviens d'une demande à ce nom... J'ai dû vous y voir, sans y prêter attention.
    - Et que faites-vous ici, donc ?, les coupai-je un peu plus sèchement que je ne l'aurais voulu.
    - Bah, ça arrive souvent dans ce genre de métier. Ça fait un moment que je n'ai plus obtenu de travail nulle part. Depuis le mariage de votre ami, en fait. Et donc, je me suis fait virée par le propriétaire de mon apart'...C'est aussi simple que ça..., rétorqua-t-elle sans se démonter.
    - Oh, je vois...Écoutez, chez-nous, c'est vraiment tout petit, et on n'a pas de chambre d'amis, mais si vous voulez au moins entrer... Les nuits sont fraîches en ce moment.
    - Oh merci ! Merci beaucoup ! Je n'ai plus sommeil, alors ce que vous me proposez me convient parfaitement !
    - Génial dans ce cas ! Suivez-nous !"
    x3u384mwl6dg.jpg
    Elle nous suivit de bonne grâce et je lui fit faire un -rapide- tour du propriétaire. Puis je m'excusai de devoir la laisser seule, lui déclarant qu'elle avait toute la maison à sa disposition avant d'aller me coucher, Gavin à mes côtés.

    La nuit
    "Miss Ap...ollo, non ? Vous vous êtes trahie, gentille demoiselle."
    Une voix s'était élevée depuis la vieille statue.
    "Oh ! C'est donc ici que tu te terres ? Je n'ai pas menti, cher trésor...Je m'appelle April. April, Marie, Eva... Je suis très honorée, à ce propos, d'avoir pu t'inspirer un nom pour ta fille...
    - Tu...Tu es...
    - Et alors, mon cher trésor ? On ne reconnaît pas une vieille amie ?"
    uho9yrjwhd21.jpg
    "April ! Que viens-tu faire ici ?
    - À ton avis, Maïa ? Croyais-tu vraiment que les Dieux passeraient à côté de ta fille et la laisseraient vivre sa charmante petite vie dans cette adorable petite maison ? Tu as toujours été trop naïve, mon cher trésor.
    - Que comptes-tu faire ? Je te jure que si tu t'en prends à ma fille...!
    - Je suis plutôt fière que tu ne m'aies pas vu venir, à vrai dire. Pendant que tes yeux restaient fixés de terreur sur les projets d'Aphrodite, tu ne m'as pas vue suggérer une bien meilleure idée à mon cher père.
    - April, ne détourne pas la conversation ! Pourquoi es-tu ici ? Quel plaisir prends-tu à devenir le jouet des Dieux ? Je ne reconnais pas mon amie !
    - Tu sais pourtant que je suis égoïste.
    - Oui, égoïste, bornée, stupide et orgueilleuse mais tu étais mon amie April. Je sais que tu n'as jamais été comme les Dieux, ni comme tes frères et sœurs. Tu as toujours été un trésor d'affection, alors, pour la dernière fois, que viens-tu faire ici ? Tu n'es pas comme ça, April. Tu ne ferais pas de mal à ma fille.
    - Tu es restée aussi naïve, mon cher trésor. Mais dis-moi, qu'as-tu ressenti quand le père de ta fille est mort ?
    - April, où veux-tu en venir ?
    - Réponds ! Qu'as-tu ressenti quand ce vieillard a rendu l'âme ?
    - J'étais triste, bien sûr ! Non, plus que ça, j'étais désespérée !
    - Tu savais pourtant bien qu'il finirait par mourir, et prochainement.
    - Oui je le savais mais que s'est-il passé ?
    - Et s'il avait eu, mmm... quel âge avait-il ?
    - Je ne sais pas. Il a vécu une centaine d'années. Je voulais qu'il s'occupe de ma fille, alors je lui ai donné un peu de l'immortalité des Chasseresses.
    - Oui, donc, s'il avait eu quatre-vingts ans de moins ?
    - April... Il s'est passé quelque chose ? Il est arrivé quelque chose à...
    - Ne prononce pas son nom ! Tu vois, moi, je n'ai pas eu ta force, ni ton courage. Je ne les aurais jamais. Ils ont pris mon bébé aussi. Il repose auprès de son père à présent. Je me fiche bien de ce qui peut arriver à ta fille. Tout ce que je veux, c'est m'attirer les bonnes grâces d'Apollon, mon très cher père. Et au bon moment, je le frapperai dans le dos. Je ferais s'écrouler l'Olympe, tu comprends ? Ils disaient qu'ils avaient du respect pour la vie ! Ils disaient qu'ils respectaient ce souffle qu'ils avaient donné aux hommes ! Tu me l'avais dit aussi, tu te souviens ? Mais c'est fini maintenant, je ne croirais plus à leurs histoires."
    pyoljs6xbeta.jpg

  • Avengers7xAvengers7x Messages: 1,659 Membre
    Je sais pas mais cette demoiselle ne m'inspire pas confiance même si elle est très jolie. Mais je crois qu'on va avoir besoin de plus d'explications (qui ne tarderont pas à venir j'en suis sûre)
    Challenges : Legacy (partie perdue)
    Spin-off : Les Boronoff (partie perdue)
    Histoires : Le réveil de l'Enchantée
  • KanneliaKannelia Messages: 11,786 Membre

    @Himari74 : ah... l'amour avec un grand "A"... comme c'est beau... et un bébé à venir: le bonheur parfait ;)
    Mais cela durera t-il? April vient elle semer le trouble dans cette vie sans nuage ?
    Elle est super belle cette simette blonde...
    Vivement la suite de l'histoire ;)
    3iam0tjixggu.png




  • nicolasBnicolasB Messages: 4,673 Membre
    bon comme quoi mariage bébé, trop facile

    sinon elle a l'air sympa la copine, je sens qu'on va bien se marrer^^
    Les CC c'est le MAL !!
    Pensez à redimensionner vos images et les convertir en jpg avant de les mettre sur le forum ! Merci : Tuto cliquez ici
  • TiniArgenteTiniArgente Messages: 102 Membre
    Mais qui est donc cette jolie blonde ?
    Et un bébé bientôt, enfin !! :D
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.
Return to top