Nous comptons sur l'extrême précaution de chacun pour ne pas dévoiler le mystère ou les pistes autour de StrangerVille aux autres joueurs. Usez et abusez des balises de spoiler lorsque vous parlez du pack !
A partir de juin 2019, EA ne prendra plus en charge le jeu Sims 4 sur les ordinateurs Mac qui n'ont pas de système d'exploitation Metal et les PC avec un système d'exploitation 32 bits. Plus d'informations ici

[Story-Legacy - G2] La mystérieuse histoire d'Ellie Twinkles | MAJ 08/08

«13456711
EstellooEstelloo Messages: 670 Membre
août 2018 modifié dans Histoires & Challenges
Bonjour tout le monde !

Depuis quelques temps, il me traverse l'esprit de me lancer dans un legacy narrative, suivant la trame d'un legacy mais avec une histoire derrière. En espérant réussir à m'y tenir x) Je compte également introduire un peu de hasard (traits de personnalité, travail, nombre d'enfants...), en particulier à partir de la G2. :) Pour la G1, j'ai juste tiré au sort le nombre d'enfants (ma pauvre sims va devoir gérer 4 enfants! Mais c'est tout ce que vous saurez en avance :P)

Sur ces quelques précisions, je vous laisse découvrir les aventures de notre héroïne, Ellie Twinkles ! Introduite dans un petit prologue, histoire de planter le décor ^^ ...

Génération 1 : Ellie Twinkles
Génération 2 : Lexie Twinkles - Govan

- Arbre Généalogique -

[Prologue]

y286e50iauee.jpg

Elle n'arrivait pas à y croire. Tout était parfait, et du jour au lendemain, le monde semblait s'écrouler. Son monde.
Juste le temps de prendre ce dont elle ne pouvait se passer. A peine. Et elle devait déjà partir. S'enfuir. Courir droit devant elle dans les allées de Willow Creek. Sans se retourner.

yhs9qs5d2878.jpg

Tout avait commencer au beau milieu de la nuit. Ils avaient beau s'y attendre, leur pire crainte s'était réalisée. Ils les avaient retrouvés. Et, alors que l'aube peinait à se montrer, elle n'eut pas d'autres choix que de partir, seule, et de suivre le plan qu'ils avaient anticipé.
S'enfuir, le plus loin possible. Sans réfléchir. Sans hésiter.

ta4dacgd1e74.jpg

Pendant sa course, elle évitait de trop tergiverser. Si elle laissait son esprit vagabonder, elle ne pourrait s'empêcher de s'inquiéter, d'avoir peur. Que se passait-il là-bas ? Tout s'était passer si vite. La seule chose qu'elle avait compris, c'était qu'elle devait partir. Ne pas poser de questions. Sauter par la fenêtre, et partir loin de chez elle. Tout était prévu. Elle n'avait plus qu'à tout mettre à exécution.
Rapidement, elle arriva sur une plage déserte. Seul un petit bateau perturbait le paysage. Il semblait l'attendre. Sans attendre, elle le poussa pour le mettre à l'eau, grimpa dedans et prit le large.

pchgnst8cltz.jpg

Le soleil commença à se lever. On aurait dit qu'il aurait plutôt opter pour une grasse matinée. Elle parvint à ranger son bateau sur un quai en bois, sans savoir combien de temps elle avait voguer sur les flots. Épuisée, autant physiquement que nerveusement, elle mit pied sur le quai, loin de tout danger.
Du moins en apparence.

w96enfe1708s.jpg

Elle observa le paysage autour d'elle, complètement perdue. Où était-elle ? Qu'allait-elle devenir ? Elle n'avait pu emporter que quelques effets personnels qu'elle avait transporter comme elle avait pu. Elle en avait dissimuler certains dans le bateau, en prévision. Juste au cas où. Peut-être n'aurait-elle pas du. Peut-être qu'anticiper n'avait fait que lui porter la poisse. Elle ne le saurait jamais.
Le cœur serré, elle reprit la route. Plus personne ne la poursuivait, mais elle ne pouvait rester ici.

9o5t65dmsu5i.jpg

Le quai était abandonné sur une plage, qu'elle s'empressa de quitter. Il fallait qu'elle sache où elle se trouvait. Elle finit par découvrir un panneau qui lui donna la réponse.
Brindleton Bay.
Ce nom ne lui dit rien. Frigorifiée, elle continua sa route. En visitant les lieux, elle constata qu'il s'agissait d'une ville portuaire. Un endroit assez sympathique, susceptible d'apaiser ses tourments. Pourquoi pas, après tout. Il fallait bien qu'elle se trouve un nouvel endroit où vivre. Mais où ? Elle était partie avec quelques économies, mais rien d'extraordinaire et elle ignorait si cela serait suffisant.

ky7d6comyb70.jpg

A force de marcher et comme si le destin souhaitait répondre à ses prières, elle découvrit une caravane, au bout d'un chemin. Un simple coup d’œil permettait de constater qu'elle était inhabitée. Elle en fit le tour pour le découvrir davantage. C'était petit, assez sommaire, mais elle avait besoin de peu. Elle s'éloigna un peu pour l'observer l'ensemble. Et elle sourit.
Ellie Twinkles, ta nouvelle vie est sur le point de commencer...
Post edited by Estelloo on

Réponses

  • sirhc59sirhc59 Messages: 19,511 Modérateur
    avril 2018 modifié
    Très joli prologue ! Bonne chance à Ellie (elle semble en avoir grandement besoin) ainsi qu'à toi @Estelloo
    Post edited by sirhc59 on
  • pytisapytisa Messages: 5,801 Membre
    Ouah! J'ai adoré cette fuite éperdue :open_mouth: Courage, Ellie. Mais qui sont ceux qui l'ont poussée à fuir? Pourra-t-elle revoir les siens, un jour? :/
    k1unfss6ygwa.png
  • EstellooEstelloo Messages: 670 Membre
    @sirhc59 Merci ! :) Et merci pour elle, effectivement elle va en avoir besoin ^^
    @pytisa Contente que ce début t'ait plu ! :) Du courage, elle va en avoir besoin en effet ^^ En voilà de bonnes questions :P Mais il va falloir être un peu patient pour avoir les réponses ^^

    [Chapitre 1]

    azyby3ptyxw0.jpg

    Les jours, les semaines, les mois ont passé depuis mon arrivée à Brindleton Bay. Les souvenirs de cette affreuse nuit ne cessait de me hanter et la peur m'empêchait de sortir de ma caravane. J'avais pourtant promis de vivre ma vie et de me fondre dans la masse si un tel événement devait arriver, j'en étais pourtant incapable.
    Le monde extérieur me faisait peur et ma caravane faisait office de petit cocon sécurisant. Très petit, le cocon, mais cela me suffisait.
    Pendant un temps, du moins.


    kbc5ndy4f7n3.jpg

    Malgré ce qui m'était arrivée, je suis quelqu'un qui aime profondément la vie. Au fil du temps, la solitude commençait à me peser. Jouer les ermites m'avait aidé à surmonter ce qui s'était passé, mais ma nature avait fini par revenir au galop. Je voyais parfois les gens passer, se balader dans les rues et dans la nature, et je les enviais. Ils vivaient leur vie, tranquillement, paisiblement, sans se poser de questions. Ils sortaient dehors à leur guise, personne ne les en empêchait. Pourquoi n'aurais-je pas ce même privilège ?

    sqn08vfag86h.jpg

    De plus, mes journées étaient routinières. Les rares fois où je sortais des murs de mon cocon étaient pour laver mon linge dans un bac d'eau ou pour récupérer ce que je pouvais trouver dans la nature pour gagner un peu d'argent. Ces quelques excursions me faisaient du bien autant qu'elles m'effrayaient. J'avais peur des inconnus qui m'entouraient, mais je ne pouvais que constater que ces derniers ne m'adressaient même pas un regard.

    gh98x7zrhrkf.jpg

    Grâce à mes trouvailles, j'ai pu m'offrir ce que je désirais depuis mon arrivée à Brindleton Bay. La seule chose qui permettait de m'apaiser, de me vider l'esprit.
    Un chevalet.
    La peinture a toujours été mon moyen d'expression. La première fois que j'ai pu étaler de la couleur sur une toile depuis mon départ, le stress qui faisait partie de moi depuis des semaines semblait s'envoler. J'avais indéniablement perdu en pratique, mais cela ne m'inquiétait pas. Ce n'était plus qu'une question de temps avant de repeindre de magnifiques toiles.


    v6fmn8tipkkv.jpg

    Motivée à faire des efforts, je me décidais à quitter ma caravane pour découvrir la ville. J'avais tendance à marcher sur les bords des différents chemins, des différentes routes, mais les regards étranges qu'on me lançait m'indiquaient que ce n'était pas moi qui attirait l'attention, mais mon attitude. Je m'efforçais donc à paraître la plus naturelle possible.
    Me fondre dans la masse, c'était mon objectif. Je devais y parvenir.
    Je finis par arriver sur le port de Brindleton Bay. Je respirai l'air marin à plein poumons, et cela me fit instantanément du bien. En observant les lieux, je découvris un pub. Typiquement le genre de lieux que seuls les habitués devaient fréquenter. Un lieu de rencontre et de retrouvailles des gens du coin. J'entrai donc à l'intérieur et m'installai au bar. Je devais faire partie de ces habitués.
    Je commandai donc un verre et la barmaid ne cessait de me fixer. J'essayai de l'ignorer, de me persuader qu'elle était juste intriguée par la petite nouvelle, alors qu'elle voyait toujours les mêmes têtes.

    -Je crois vous avoir déjà vu, vot' tête me dit quelque chose. Me dit-elle en plissant les yeux, semblant réfléchir.
    -J'en doute, je suis nouvelle en ville. Lui répondis-je, stressée. Que me voulait-elle ?
    -J'oublie jamais un visage... Ah oui ! Je vous ai vu à la boutique d'art ce matin ! S'exclama-t-elle avec un grand sourire. Vous achetiez un chevalet ! Vous êtes peintre ?
    -Je... Je peins pour le plaisir. Je n'ai pas trouvé de travail encore. Avouai-je, à la fois gênée de me confier ainsi et soulagée qu'elle m'ait juste croisée par hasard plus tôt dans la journée.
    -J'connais un type qui cherche quelqu'un pour de la peinture. Je peux vous donner son numéro, si ça vous intéresse. J'suis un peu le Pôle Emploi du coin, voyez.
    Sans réfléchir, j'ai accepté son aide. Cette main, spontanément tendue, me confirmait qu'il était temps que je sorte de ma coquille. Et puis, j'avais besoin d'argent et quoi de mieux que d'associer passion et travail ?

    z2egdq5bxgde.jpg

    Après avoir passé la soirée au bar à discuter avec la barmaid, c'était avec plaisir que je retrouvai ma caravane et mon matelas. Je détachai mes cheveux, de me mettre en pyjama. Je devais avouer que cette journée a été merveilleuse. J'ai pris mon courage à deux mains pour sortir de ma zone de confort, et je suis enfin sortie de chez moi pour découvrir cette nouvelle ville. De commencer ma nouvelle vie. Et grâce à cette prise de risque, j'ai découvert un lieu de vie sympathique, et j'ai aussi trouvé un travail.
    Et pour la première fois, je n'ai fait aucun cauchemar.
  • pytisapytisa Messages: 5,801 Membre
    Petit à petit... :blush:
    J'aime beaucoup ton héroïne (et ta plume, c'est un vrai plaisir de te lire)
    k1unfss6ygwa.png
  • EstellooEstelloo Messages: 670 Membre
    @pytisa Merci beaucoup, ça me fait plaisir que ça te plaise :) J'aime beaucoup Ellie, tellement que j'ai joué avec sa partie toute l'après-midi ^^ Du coup, j'ai déjà de l'avance sur l'histoire ahah ^^ Voilà (déjà) la suite ! :P

    [Chapitre 2]

    rmkbbxdv85wd.jpg

    Au fil du temps, ma nouvelle vie commençait à présager des lendemains plus heureux. Désireuse de me projeter davantage dans l'avenir, j'ai décidé de varier mes activités et mes loisirs. Ainsi, j'ai récupéré des graines dans la nature afin de créer mon propre jardin.
    Aimant la nature et trouvant ce monde magnifique, me mettre au jardinage était une évidence pour moi. C'était devenu un plaisir, mais aussi une nécessité. Vivant seule, mon métier dans la peinture m'apportait une source de revenu fixe et régulière, mais si je voulais gagner davantage de confort dans ma caravane, je devais trouver d'autres moyens de rapporter de l'argent.


    rhk2r2soz32i.jpg

    Les jours suivant, j'ai terminé ma journée de travail sur une bonne nouvelle : j'avais obtenu une promotion ! Anaya, une de mes collègues de travail avec qui je m'entendais bien, m'a aussitôt proposée d'aller dans une boite de nuit pour fêter ça !
    -Où sommes-nous ? Je ne connais pas du tout cet endroit. L'interrogeai-je, un peu inquiète. J'ignorais à quelle distance de Willow Creek j me trouve, et je ne voulais surtout pas prendre le risque de croiser quelqu'un qui pourrait me mettre en danger, et m'obliger à fuir, une nouvelle fois.
    -A Winderbourg, dans le centre historique.Répondit-elle avec un grand sourire. Tu verras, c'est vachement cool comme endroit !
    -Bon, je te suis alors.Lui dis-je, rassurée. J'avais déjà entendu parlé de cette ville, connue pour la beauté de son fameux centre historique, et elle était beaucoup trop éloignée de Willow Creek pour présenter un danger.

    lcbdif9nhzmj.jpg

    Et je ne fus pas déçue d'avoir suivi ma collègue. En effet, cette boite de nuit était fort sympathique. C'était un espace ouvert et assez convivial, bien loin des lieux étriqués et sombres que sont généralement les lieux de fête nocturnes. La musique était bonne, et je me laissais aller à quelques pas de danse sur la piste. Je n'étais pas une danseuse hors pairs, mais je parvenais à me débrouiller. L'important, de toute façon, était de s'amuser.

    0yqtigrply8m.jpg

    Un peu plus tard, mon estomac m'indiqua qu'il était temps pour moi de faire une pause. Je quittais donc la piste en veillant à ne bousculer personne pour me rendre au comptoir. Une fois mon assiette en main, je m'installai sur une banquette, où j'en profitais pour observer les danseurs.
    Une foule de gens, tout aussi différents les uns que les autres, se retrouvaient tous ici et maintenant, unis par la même volonté de faire la fête et de profiter de la vie. Des unités individuelles qui, ensemble, formaient un groupe uni. Un groupe auquel je n'ai longtemps pas fait partie.


    0wvsqifufizk.jpg

    Je ne pouvais m'empêcher de m'interroger. Pouvais-je, moi, Ellie Twinkles, faire partie d'un groupe ? Me mêler aux autres et vivre la même vie qu'eux ?
    C'était la question qui me hantait sans cesse. Ces gens vivaient tous, ou presque, une vie sensiblement similaire. Ils profitaient de leur jeunesse, faisaient des rencontres, posaient les bases de leur vie future. Un jour, peut-être, ils feraient la connaissance de leur moitié, se marieraient, auraient des enfants, pour finir par couler des jours heureux en observant leurs descendances.
    Une vie à laquelle je pensais avoir le droit, moi aussi. Mais avec ce qui s'est passé à Willow Creek, je ne peux m'empêcher d'en douter. J'ai toujours rêvé de créer ma propre famille, mais je finissais par me demander si cela était bien raisonnable. Peut-être valait-il mieux que je n'engendre pas de descendance, laissant disparaître mes problèmes avec moi. Mais si le temps faisait que tout resterait à jamais derrière moi ? Je l'ignorais.
    Mais en réalité, la véritable question était de savoir si je pourrai faire suffisamment confiance à quelqu'un. Suffisamment du moins, pour pouvoir envisager de faire un bout de route avec lui.


    7whmhu4e1daq.jpg

    La fête se poursuivit sans anicroche, entre ambiance festive et bonne humeur. Je ne pouvais qu'admettre que je m'étais amusée. Plus le temps passait, plus je parvenais à m'ouvrir au monde qui m'entourait, plus je réussissais à me mêler aux autres individus. Bien que je restais méfiante vis-à-vis des autres et des inconnus, je ne pouvais m'empêcher de me réjouir de cette évolution.
    En rentrant de la fête, je pris le temps de faire un tour dans mon jardin. Les arbres fruitiers avaient bien poussés, commençant à donner des pommes et des poires que je m'empressais de vendre. Mais ils demandaient de l'entretien et, même si la fatigue me gagnait, je ne pouvais aller me coucher sans veiller à ce qu'ils aient suffisamment d'eau pour le lendemain.


    ulsbko08befk.jpg

    Durant la nuit, une chose étrange s'est produit. Comme un avertissement du destin, une étrange créature s'est introduite dans ma caravane. J'étais pourtant persuadée d'avoir fermé la porte à clé avant d'aller me coucher... Peu importe, la créature semblait doter de pouvoirs, un simple verrou n'aurait pu le freiner.
    Pas plus que ma volonté.


    3aq2vnjknt9t.jpg

    Sans savoir pourquoi, je me suis levée. J'ai obéi à un ordre silencieux. J'étais à la fois endormie et réveillée, la sensation était étrange. Je ne vis que ses grands yeux affamés et une lumière verte qui vint entourer ma tête. Mes paupières se firent lourdes, mes membres s'engourdirent. J'étais devenue une véritable marionnette dont il semblait tenir les ficelles.

    upm565b7chc6.jpg

    Soudain, alors que j'avais toujours l'esprit dans le brouillard, je sentis une vive douleur dans le cou. Je n'éprouvais absolument rien, hormis la douleur.
    Une douleur de morsure.
    J'étais incapable de protester. J'étais incapable de me défendre. Sa tête glaciale était contre ma nuque, je ne pouvais pas le repousser. J'étais juste bonne à le laisser m'aspirer mon sang.
    Voilà qui risquait de mettre fin à toutes mes interrogations...


    u9nvg0rllloi.jpg

    Je ne souviens plus tellement de ce qu'il s'est passé ensuite. Je crois qu'il m'a remercié, et qualifié mon plasma d’exquis. Il me laissa planter là, complètement groggy par l'hypnose et la perte d'une grande quantité de sang, pour rebrousser chemin.

    2anvjq0y795g.jpg

    Ce qui devait arriver arriva, incapable de tenir sur mes jambes, je finis par m'écrouler par terre. La tête la première devant la gazinière. Et les fesses en l'air.
    La grande classe. J'espérais qu'il ne revienne jamais. Non seulement j'étais incapable de me défendre face à cette créature étrange, mais en plus je me mettais à faire des rimes douteuses.
    La dernière fois dont je me souvienne de cette soirée, c'est de m'être dit qu'il était inutile que je joue au loto. J'étais indéniablement la personne la plus malchanceuse au monde.





  • pytisapytisa Messages: 5,801 Membre
    Aaarrfff... Vladimir a encore frappé :expressionless: Il devrait avoir honte de s'introduire ainsi chez des personnes seules et désarmées, en pleine nuit. Quel malandrin!

    J'ai adoré à nouveau tout le cheminement des pensées d'Ellie. Je ne sais pas si un jour elle pourra faire suffisamment confiance à une personne pour l'aimer et se laisser aimer mais j'avoue que j'ai très envie qu'elle y parvienne :smiley:
    k1unfss6ygwa.png
  • EstellooEstelloo Messages: 670 Membre
    @pytisa Eh oui ! C'est la première fois qu'il venait s'attaquer à une de mes familles :D Pauvre Ellie, elle n'a vraiment pas de chance ^^ Contente que ça te plaise toujours, la forme du legacy impose qu'elle ait une descendance un jour mais est-ce que sa vie sera de tout repos pour autant ? Seul l'avenir le dira :p

    [Chapitre 3]

    rgn2fazndk3p.jpg

    Le lendemain de cette étrange rencontre, le réveil fut difficile. En me levant, je m'interrogeai sur la situation. Était-ce la réalité, ou ai-je fait un cauchemar couplé à une crise de somnambulisme ? Je trouvai la réponse dans la salle de bain. En m'observant dans le miroir, j'ai pu constater deux traces rouges dans mon cou.
    La trace de morsure.
    En passant les doigts dessus, je n'ai pu m'empêcher de grimacer. En plus d'être hideuse, la blessure était douloureuse. Après l'avoir soigné, l'heure était venue de partir au travail. Se faire attaquer par un vampire et être vidée de toute énergie n'étaient pas une excuse pour manquer le travail.


    5ml57fhsssxz.jpg

    Durant cette journée, j'ai entendu des collègues parler d'un festival qui avait lieu en ville le soir même. Le festival de l'amour. Intriguée, et désirant rencontrer de nouvelles personnes pour me mêler davantage au monde qui m'entouraient. Je leur ai donc demandé des informations autour de cet événement, et après m'être changée chez moi, je me suis rendue sur les lieux.
    L'ambiance du festival était assurément romantique. Tout était fait pour que les amoureux exposent leur amour au grand jour, pour aider les plus timides à déclarer leur flamme ou encore donner envie de tomber amoureux à son tour. Et je dois bien avouer que l'effet était plutôt réussi. Même pour moi, qui me laissait alors porter par un thé aux saveurs florales, aux vertus aphrodisiaques, parait-il.
    Je ne saurais me prononcer là-dessus, mais le goût quant à lui était assurément délicieux.


    kqcldbcfwsly.jpg

    En découvrant les différentes allées du festival, je découvris qu'un "Gourou de l'amour" était présent. Apparemment ce dernier était capable de se prononcer sur l'avenir amoureux des âmes solitaires ou aux personnes remplies d'incertitude. Curieuse, je ne pus m'empêcher de m'approcher de lui pour l'interroger. J'étais sceptique et peu encline à croire aux prétendus pouvoirs magiques d'un vieux monsieur ayant abusé du thé, mais discuter avec lui n'engageait à rien.
    Et puis, cela faisait partie du folklore du festival, alors pourquoi pas essayer.

    -Bonsoir jolie demoiselle, voulez-vous que je vous renseigne sur votre avenir sentimental ? Montrez-moi votre main, et je vous dirai si votre cœur s'envolera bientôt dans la galaxie de l'amour !
    -Bonsoir. Lui répondis-je en souriant tout en lui tendant ma main gauche. Il la regarda un instant, avant de me scruter avec un air sérieux.
    -Je vois, je vois. Votre quête ne sera pas chose aisée, mais dès que vous ouvrirez votre cœur, l'élu viendra frapper à votre porte ! Il ne vous manque plus qu'à vous envoler, petit oiseau !

    otlcnpao31et.jpg

    Amusée par la prédiction du Gourou, je repris ma balade dans le festival. Je découvris des fleurs en pot, et discrètement, j'en profitai pour récupérer des graines pour agrandir mon jardin. Visiblement, l'amour n'était pas encore prêt à frapper à ma porte, mais au moins, je ne partirai pas d'ici les mains vides. Peut-être pourrai-je me servir des fleurs pour parfumer mon linge ?
    Voilà une idée à méditer.


    f4ml2yfi6iqc.jpg

    Les jours suivants, les paroles du Gourou ne cessèrent de me hanter. Je ne croyais pas une seule seconde à ses capacités divinatoires, mais ses paroles n'étaient pas complètement insensées. Si je voulais mener une vie comme les autres, et avoir accès au bonheur comme les autres, je devais m'en donner les moyens.
    Et rester sur la réserve n'était pas la meilleure solution pour y parvenir.
    C'est ainsi que je décidai de partir à la découverte d'autres lieux de vie, et pas seulement le bar du port de pêche à côté de chez moi. Un soir, alors que j'allais prendre un verre dans un bar, le hasard a voulu que la soirée soit dédiée aux hommes, qui bénéficiaient pour l'occasion d'une réduction sur les consommations. La gent masculine était donc particulièrement représentée. En tant que seule femme présente, je faisais donc figure d'ovni au milieu de tous ces hommes. Certaines en seraient heureuses, mais personnellement, cela me mit particulièrement mal à l'aise.

    -Hey, bonsoir mademoiselle. Vous passez une bonne soirée ? Je suis Don Lothario. M'accosta un jeune homme tout en s'installant à côté de moi sur le canapé.
    Je lui fis poliment la conversation, mais je restai sur ma réserve. Non pas qu'il ne soit pas sympathique, mais ses intentions étaient limpides. Et pas seulement parce que ses camarades de drague chantaient à tue-tête que Don n'était pas homme à se caser.
    Tout en lui disait qu'il voulait juste s'amuser. Rien de mal en soi, mais ce n'était pas ce que je désirais. Ma situation était trop précaire pour que je puisse me permettre à de telles frivolités.


    opy24dihg9ve.jpg

    En plus de mes balades, je profitais également des différents festivals pour tenter de rencontrer du monde. Ce n'était pas un grand succès, mais au moins, cela me faisait sortir de ma caravane et découvrir de nouvelles choses.

    2ykc7gha6w3c.jpg

    Pendant le festival Frasques et Humour, un jeune homme vint m'aborder. Au début, j'ai cru qu'il cherchait à me faire une farce. Après tout, je l'ai vu boire du thé sombre, il avait donc choisi le camp des Farceurs alors que j'ai opté pour les Blagueurs.
    Mais finalement, il souhaitait simplement faire connaissance. Il commença par me parler du festival, jugeant que les éditions précédentes étaient plus drôles. Je lui demandais pourquoi, parce que c'était la première fois que je venais ici.

    -Parce qu'avant, on était entre mecs ! S'exclama-t-il en riant à gorge déployée. J'haussai un sourcil, cherchant où se trouvait la blague.

    5c57t030ufc8.jpg

    Voyant bien que je n'avais pas compris la blague, il essaya de m'expliquer de long en large et en travers en quoi sa remarque était hilarante. Mais plus il s'étendait en explications, moins je trouvais cela drôle. En secouant la tête, je décidai d'aller voir ailleurs si je trouvais quelqu'un d'intellectuellement plus intéressant.
    -Roh, reviens, c'était une blague ! Moi, c'est Jérémy !
    -Et moi je m'appelle Pas intéressée. Passe une bonne soirée ! Lui dis-je avec un sourire, alors que je le vis hausser un sourcil incrédule.
    Visiblement, lui non plus n'avait pas compris ma blague.


    mnqq296rpnvv.jpg

    La vie reprit ensuite son cours. J'appris à apprécier ma solitude et non plus à la subir. Je passais mes soirées à peindre tout en profitant du couchée de soleil. Mon travail m'aidait à améliorer ma technique, et mes œuvres devinrent de meilleures qualités.
    Plus le temps passait, plus je me sentais apaisée. Le poids qui pesait sur mon cœur se fit plus léger, et je profitais davantage de mes journées. Ma vie d'avant me manquait, c'était indéniable, mais je savais que je n'avais pas d'autres choix que d'aller de l'avant. Je ne retrouverais jamais ma vie, j'étais obligée de me contenter de celle-ci. Alors, il fallait que je fasse tout pour qu'elle soit satisfaisante.


    9gqavhnjxjwj.jpg

    Un soir, je retournai au bar du port de pêche. Mon amie la barmaid n'était pas de service donc je m'installai à une table pour profiter de l'ambiance conviviale qui y régnait. J'aimais bien y passer du temps. Je ne commandais pas à chacune de mes visites, mes moyens ne me le permettant pas, mais je m'imprégnais des lieux.
    J'aimais beaucoup cet endroit. Il m'arrivait souvent de discuter avec de nouvelles personnes à chacune de mes visites, mais je les revoyais rarement par la suite. Bien que je venais régulièrement, je venais souvent de manière aléatoire, jamais à la même heure, peu importe le jour.
    Mais cela n'était pas grave. Croiser de nouvelles têtes étaient un plaisir et cela me permettait de conserver un peu de distance vis-à-vis des inconnus.


    gr1ltw7uhwda.jpg

    Même si je vivais beaucoup en extérieur, il m'arrivait de passer du temps dans ma caravane. Je me devais de l'entretenir, c'était mon chez-moi, et par moment, des travaux s'imposaient.
    Je n'ai jamais été très bricoleuse. J'évitais autant que possible de m'approcher d'une boite à outils. mais aujourd'hui, par la force des choses, j'ai été contrainte de m'y mettre. J'ai commencé à développer mes compétences en bricolage en effectuant des réparations lorsque quelque chose se cassait. Il était alors nécessaire que je fasse quelque chose si je voulais maintenir mon confort de vie.


    7xpvr74kt15b.jpg

    Puis, j'ai eu des envies de changements. Je voulais agrandir ma caravane, ainsi qu'investir dans du nouveaux mobiliers. Ainsi, j'ai réussi à casser un mur, afin de pouvoir caser un petit bureau avec un ordinateur.
    Grâce à mes économies, j'ai également pu changer ma télévision et mon lit. Ainsi, je pourrai voir des films en meilleure qualité et dire adieu à mes maux de dos dû à un matelas trop dur. En observant le résultat, je n'ai pu m'empêcher de sourire.
    Petit à petit, je créais mon propre foyer. Petit, simple, mais confortable.
  • EstellooEstelloo Messages: 670 Membre
    [Chapitre 4]

    llwd9vmrfhef.jpg

    Un soir, en rentrant du travail, je n'ai pas eu envie de m'occuper du jardin, ni de m'entraîner à la peinture. Pour une fois, j'ai préféré aller directement au bar du port. La journée a été particulièrement rude et je voulais me détendre.
    Je suis donc entrée à l'intérieur pour m'installer directement au comptoir pour me commander un verre. Le barmaid était en train de discuter avec un jeune homme, probablement un habitué puisqu'il s'était permis de passer de l'autre côté bien que je ne l'ai jamais croisé jusqu'à présent.
    Les deux hommes plaisantaient entre eux, et c'était assez amusant de les écouter. Ils n'éprouvaient aucune gêne à agir ainsi, alors que l'un était sur son milieu de travail et devait être disponible pour ses clients. Mais il parvenait à jongler entre le privé et le professionnel avec aisance, si bien que cela n'était absolument pas dérangeant.
    Puis, je vis le regard de son comparse se poser sur moi, pour ne plus jamais me quitter. Il plissa des yeux, comme s'il réfléchissait. Une attitude qui me perturba, me demandant ce qu'il pouvait bien me trouver.

    -Oui ? J'ai une tâche sur le nez ?Lui demandai-je pour le faire réagir, portant instinctivement ma main sur mon visage.
    -Votre visage me dit quelque chose ... Ah oui ! Ellie Twinkles ! Ça te gêne pas que je m'assois à côté de toi ? S'exclama-t-il en joignant le geste à la parole, tandis que j'essayais de savoir quand est-ce que nos routes ont pu se croiser.

    gklhti6eso8v.jpg

    -Excusez-moi, mais on se connait ?Finis-je par lui demander, incapable de m'en souvenir. Mon cœur battait à une vitesse folle, stressée par cette rencontre inopinée. Était-elle heureuse ou allait-elle provoquer la fin du chapitre Brindleton Bay ?
    -Bien sûr ! On était à l'école ensemble, à Willow Creek ! Me répondit-il, alors que j'essayais de chercher plus profondément dans ma mémoire. Je suis Matthew, Matthew Govan. Tu te souviens pas ? On avait fait un devoir ensemble, sur les volcans. Je m'en souviens très bien car tu étais la seule à avoir bien voulu bosser avec moi, le petit gringalet chelou qui parlait à personne.Se mit-il à rire à ce souvenir. Son sourire s'étira en voyant mon visage d'éclairer, car enfin, je me rappelais de lui.
    Nous avions fréquenté la même école pendant deux ou trois ans. Je venais tout juste d'arriver et je n'étais pas une enfant très sociable. Cela a donc eu pour résultat que je passais beaucoup de temps seule dans mon coin, ce qui inquiétaient les enseignants.


    rnnjbdg77cz3.jpg

    Et puis, il y a eu ce fameux épisode de l'exposé sur les volcans. On devait se mettre en binôme et tout le monde fuyait Matthew comme la peste. Quant à moi, j'aurais préféré travailler toute seule, mais cela n'était pas possible. Alors, étant aussi peu à l'aise en société que lui, j'ai décidé de me rapprocher du camarade qui me ressemblait le plus. C'était ainsi que l'on avait sympathisé, jusqu'à ce qu'il déménage, un an plus tard. Bien avant que mes problèmes ne pointent de nouveau le bout de leur nez. Je pouvais ainsi poursuivre la conversation avec lui sans la moindre crainte, alors qu'il me proposa de s'installer à une table.
    -Je... Je suis vraiment désolée, je ne t'ai pas reconnu.
    -Pas grave, faut dire que j'ai pas mal changé. Je ne suis plus aussi maigrichon et j'ai enfin appris à me sociabiliser. Rit-il en buvant une gorgée de son verre. Toi, par contre, t'as pas changé d'un pouce.
    -Oh un peu quand même, enfin je crois... Bredouillai-je, un peu perturbée par la situation. Il était si avenant et la situation lui semblait si naturelle, et cela me donnait l'impression d'être une godiche. J'avais pris l'habitude de ne parler qu'avec des inconnus qu'avoir une conversation normale avec quelqu'un que je connaissais et qui me connaissait était devenue une situation inédite.
    -Nope, t'as toujours ta tête de gentille. Tu te fais pas trop embêtée ici avec ton air de fille qui ne ferait pas de mal à une mouche ?

    nj0c8bc5e501.jpg

    Je gloussai à sa remarque, et encore plus en voyant la tête du type en face de moi qui me regardait bizarrement, ne voyant pas pourquoi je riais. Ce qui me fit rire encore plus. Un rire franc, que je n'avais plus émis depuis longtemps.
    J'essayai de respirer afin de me calmer, car je me sentais ridicule de rire autant pour pas grand chose. Du coin de l’œil, je remarquai que Matthew m'observait en silence, un léger sourire sur ses lèvres.

    -Oui, je sais, je suis ridicule.
    -Non, je me disais juste que tu es toujours aussi belle quand tu ris.
    Bêtement, je rougis.

    yemssp5nbwm9.jpg

    Suite à cette rencontre dans le bar, Matthew a tenu à ce qu'on échange nos numéros de téléphone. Nos retrouvailles lui avaient fait plaisir, et il souhaitait que l'on garde contact. Histoire de redevenir les amis que nous étions autrefois. Pour une fois, j'ai fait taire ma nature méfiante et je n'ai pas eu le cœur de refuser sa demande. Je devais bien avouer que cela me faisait plaisir de le retrouver, et d'avoir enfin un vrai ami avec qui discuter. J'ignorais s'il était quelqu'un sur qui je pouvais compter, mais je n'aurais jamais la réponse si je le laissais sortir de ma vie.
    Ainsi, quelques jours plus tard, il m'envoya un message pour savoir si je voulais que l'on se revoit. Etant assez occupée, entre mon travail et mon jardin, je lui proposais de venir chez moi. J'étais assez gênée de lui exposer la vision de ma petite caravane, mais c'était plus simple pour moi.
    Il accepta avec plaisir et le jour J, arriva pile à l'heure devant chez moi.


    4r47t8ytldnn.jpg

    Je le fis donc entrer sans attendre, bredouillant quelques excuses pour le manque d'espace. J'avais l'impression de mal l'accueillir alors que tout était à sa place et que ma caravane avait tout de même son charme.
    -Ne t'excuse pas, c'est très bien chez toi. Me rassura-t-il en s'installant sur le canapé. Y'a pas besoin d'aller dans un palace pour se sentir bien quelque part.
    -Tu n'as pas tort. Tu as faim ? J'avais l'impression de préparer une salade de fruits.
    -Fais toi plaisir.

    tpu04qupopzt.jpg

    Je me relevai donc du canapé pour m'atteler en cuisine. A vrai dire, lui proposer à manger n'était qu'un prétexte. Je n'avais pas eu le temps de déjeuner et j'avais peur que mon ventre se rappelle à mon bon souvenir en provoquant des gargouillis bien embarrassants. De plus, cela me permettait de m'éloigner un peu de Matthew.
    Non pas que sa présence me dérangeait, bien au contraire, il y avait un je-ne-sais-quoi qui m'empêchait de tenir en place. J'étais gênée de rester assise à ne rien faire alors que je voulais faire mon possible pour être une hôte agréable à ses yeux. Après tout, je ne voulais pas le faire fuir.

    -Tu as besoin d'aide ? Me demanda-t-il quelques minutes plus tard alors que nous bavardions sur nos vies respectives.
    -Non c'est bon, merci. J'ai quasiment fini.

    f0dt39c5usaa.jpg

    Une fois ma salade de fruits terminée, je remplis deux bols et rejoignis Matthew sur le canapé. Nous discutâmes longtemps. Il me parla un peu de sa vie, celle d'un voyageur qui a bien envie de se poser quelque part, et me posa des questions sur la mienne. En vérité, nous parlions beaucoup plus de moi que de lui. A croire que mon quotidien était devenu sa nouvelle passion.
    Son intérêt pour moi me troublait. Sa gentillesse et ses attentions alors que je lui exprimais mes doutes quant à mon avenir me touchaient. Ses blagues me faisaient penser à autre chose.
    Moi qui m'étais habituée à la solitude, voilà que je reprenais goût au contact humain.
  • sirhc59sirhc59 Messages: 19,511 Modérateur
    Il est bien séduisant ce Maththew, et je crois que son charme a très rapidement opéré. Bonne ou mauvaise chose ?
  • enson85enson85 Messages: 90 Membre
    J'aime beaucoup tes photos!
  • KimickaKimicka Messages: 349 Membre
    Ellie est absolument magnifique, comme son prénom :love: Ton histoire est merveilleusement bien racontée, c'est un vrai plaisir de la lire ! Matthew a eu un petit effet sur Ellie, n'est-ce pas ? J'attends la suite avec impatience ! :p
    giphy.gif
    Joueuse amatrice des Sims, toujours avec des problèmes sur son jeu. Distorted♰Happiness.
  • pytisapytisa Messages: 5,801 Membre
    J'avoue que même si je suis vraiment ravie que Ellie retrouve cet ami, je ne peux m'empêcher de m'inquiéter... :grimace: Est-ce vraiment par hasard qu'il est là? qu'il fait parler Ellie d'elle-même sans rien livrer sur lui? :grimace:
    k1unfss6ygwa.png
  • EstellooEstelloo Messages: 670 Membre
    @sirhc59 : Bonne ou mauvaise chose, seul l'avenir nous le dira ! :)
    @enson85 : Merci beaucoup !! ^^
    @Kimicka : Merci, je la trouve très réussie aussi ! ^^ Ahah, on verra si son charme opère bien sur notre Ellie :P Contente que ça te plaise en tout cas ! ^^
    @pytisa : C'est une bonne question ! Est-il intéressé par Ellie ou est-il mal-intentionné ? Il faudra attendre pour le découvrir !

    [Chapitre 5]

    sb695ap07b37.jpg

    Les jours suivants, nous continuâmes à nous voir. Tantôt c'était lui qui proposait une sortie, tantôt c'était moi qui avais l'audace de l'inviter. C'était un vrai plaisir de le voir et chaque instant passé avec lui me paraissait affreusement court.
    Jusqu'à présent, ma vie était comme sur ma pause, où la routine s'était installée, où je me cachais dans une bulle pour me protéger du monde extérieur.
    Aujourd'hui, alors que Matthew me prit dans ses bras pour me dire bonjour, j'ai eu l'impression qu'elle s'accélérait.


    8naooryt85ve.jpg

    Tout était à la fois si naturel et si étrange. Quand j'étais avec lui, je ne me posais pas de questions. Je profitais de chaque moment en sa présence, et c'était comme si tout le reste n'existait plus. Plus le temps passait, plus j'apprenais à le contraire et plus je l'appréciais. Il me faisait rire, me sortait de ma zone de confort sans le moindre effort. Comme si les choses devaient en être ainsi.
    Néanmoins, lorsque je me retrouvais de nouveau seule chez moi, je ne pouvais m'empêcher d'être assaillie de doutes. Tout cela me semblait si rapide que cela en était effrayant. Mes peurs revenaient sans cesse, et je me demandais si je pouvais vraiment lui faire confiance. Ce n'était pas parce que nous nous étions connus enfants qu'il était pour autant totalement fiable. Il a changé depuis, et impossible de savoir jusqu'à quel point.


    0nev1ckfvbph.jpg

    Mais mes doutes s'envolèrent aussitôt que mes yeux se posaient sur lui. Il dégageait tellement de gentillesse et de bienveillance qu'il était difficile d'envisager qu'il puisse me vouloir du mal. Avec lui, et pour la première fois depuis longtemps, je me sentais en sécurité. Alors qu'il m'invita au Festival de l'Amour, je ne pus m'empêcher de rougir et mon cœur battit à folle allure.
    Et l'ambiance romantique n'y était absolument pour rien.


    ce6zeyyj1014.jpg

    Matthew était adorable avec moi et son intérêt à mon égard était évident. Inutile d'aller discuter avec le Gourou pour le deviner. Il était pleins d'attentions et faisait tout pour que je passe une bonne soirée. Dans son regard, je pouvais voir ce que toutes femmes voudraient voir. Un regard plein d'amour.
    J'étais touchée et pas insensible. J'essayais de me raisonner en me disant que mes sentiments m'empêchaient d'être objective à son égard et de me méfier. Mais à l'évidence, j'en étais devenue incapable.


    zejr432f5glb.jpg

    Ma raison était, d'ailleurs, partie en vacances. Bien loin des bougies, des roses et des chansons d'amour. Mon audace irréfléchi prit sa place, et sans l'avoir vraiment calculé, j'osais me rapprocher de lui pour lui offrir un baiser. Il fut assez surpris, sur le coup, mais il ne tarda pas à me sourire et à m'embrasser, lui aussi.

    t1ki7pc42s3d.jpg

    -Ce n'est pas drôle, tu m'as devancé. Me murmura-t-il ensuite, en plantant son regard ambré dans le mien. Je remerciai intérieurement les lumières du festival de dissimuler les rougeurs sur mes joues. Je vais peut-être passer pour un loveur qui s'enflamme, mais ... Ellie, je t'aime, j'ai envie de poursuivre la route avec toi.
    -Oh Matthew... Soufflai-je, les yeux brillants et les papillons dans le ventre. Comment ne pas succomber ? Impossible de garder les idées claires devant cette sensation de bien-être absolu. Je pourrais rester ici, dans ses bras, pour l'éternité. Je t'aime aussi.

    148icwx393j7.jpg

    Les jours suivants, et les semaines aussi, Matthew passa de plus en plus de temps à la maison. Pour mon plus grand bonheur. Je le découvris passionné, et il laissait éclater son amour au grand chose. Il m'avoua avoir eu le béguin pour moi quand nous étions à l'école, et je ne pus m'empêcher de plaisanter que nous n'étions pas dans un film. Ce genre de chose n'arrive que dans les contes de fées.
    -C'est toi mon conte de fée.Maugréa-t-il, faussement boudeur, tout en me prenant dans ses bras.
    Indéniablement, il rendait mon cocon plus confortable. A deux, il paraissait aussi léger qu'un nuage.
    J'étais peut-être stupide et naïve de m'attacher à lui aussi rapidement, mais j'étais ravie de faire partie des imbéciles heureux.


    v8fxokc4tlx9.jpg

    Et très vite, par une journée grisâtre qui ne donnait pas envie de mettre le nez dehors, une nouvelle étape fut franchie.
  • pytisapytisa Messages: 5,801 Membre
    rahhh peu importe ce qu'il en est de ce jeune homme finalement, ça fait du bien de voir Ellie heureuse et amoureuse :blush: Pour le reste, on verra plus tard :smirk:
    k1unfss6ygwa.png
  • EstellooEstelloo Messages: 670 Membre
    février 2018 modifié
    @pytisa : Je vois qu'Ellie n'est pas la seule à tomber sous le charme de Matthew ! ^^ A voir ce que l'avenir réserve à notre héroïne aux côtés de ce jeune homme. :)

    [Chapitre 6]

    wcisc0l3srtj.jpg

    Le temps reprit son cours, et j'avais l'impression que mes journées étaient plus ensoleillées qu'auparavant. J'occupais mon temps entre mon travail, mes peintures et Matthew. Ce dernier passait de plus en plus de temps à la maison, et commença même à prendre part à son entretien.
    En particulier, celui du jardin.
    En effet, Matthew était plus amoureux de la nature que moi et lorsqu'il découvrit mes différentes plantes et mes arbres fruitiers, on aurait dit un enfant découvrant ses cadeaux le matin de Noël. Il me proposa dès lors de m'aider à m'occuper du jardin, afin que je puisse me consacrer à mes tableaux. Son enthousiasme était tel que je n'ai pu refuser son aide. Après tout, il n'avait pas tort : ne plus m'occuper du jardin me dégageait du temps pour peindre davantage et améliorer mes compétences dans ce domaine.


    kwgo6vdcrr08.jpg

    Son aide me fut d'autant plus profitable que je sentais davantage fatiguée par rapport à d'habitude. J'avais beau me coucher plus tôt, éviter les écrans pour mieux dormir la nuit, rien n'y faisait. Cela inquiétait Matthew, mais je lui assurais que tout allait bien. Ce n'était qu'un état de fatigue passager.
    Mais la fatigue ne fut plus la seule chose qui perturba mon quotidien. Alors que je continuai de manger normalement que d'habitude, je remarquai que je commençai à prendre du poids. Un détail qui me mit la puce à l'oreille, alors que j'étais trop occupée dans la vie de tous les jours pour remarquer les autres symptômes.
    Un test plus tard, le résultat était sans appel : j'étais enceinte.


    f6yic6bcmf3u.jpg

    En découvrant le résultat, j'étais fébrile. Nous étions encore un jeune couple avec Matthew, et avoir un bébé n'était pas du tout au programme dans l'immédiat. En passant la main sur mon ventre légèrement arrondi, je ne pouvais m'empêcher de m'inquiéter. Comment allait-il réagir à l'annonce de ma grossesse ? Que nous attendraient-ils s'il assumait ? Comment vivrai-je sans lui, seule avec ce bébé, s'il décidait de partir ? Est-ce que ce bébé serait-il, lui aussi, en danger à l'avenir ?
    Plusieurs questions différentes se bousculaient dans ma tête et je ne parvenais à trouver de réponses. A travers la fenêtre, je vis Matthew, qui venait de terminer la lessive, en train d'étendre le linge. Hésitante, je sortis de la maison pour le rejoindre.
    Le seul moyen d'avoir des réponses étaient de lui parler. De toute façon, je ne pourrai pas lui cacher ce secret bien longtemps.

    -Matthew ? Je peux te parler ?
    -Attends une seconde, que je vérifie sur un calendrier qu'on soit bien au XXIe siècle ... Plaisanta-t-il en faisant mine de réfléchir, avec son sourire en coin, un brin moqueur. Sourire qui disparut aussitôt, lorsqu'il remarqua mon air sérieux et inquiet. Qu'est-ce qui se passe ? Il y a quelque chose qui ne va pas ? Tu es malade ?
    -Non, non, ça va ... Je... Je suis enceinte...
    A l'annonce, il se figea. Il cligna plusieurs des paupières, comme hébété par la nouvelle. Il semblait avoir du mal à y croire. Comme pour s'y persuader, il se mit à loucher sur mon ventre.
    -Je sais que ce n'était pas du tout prévu... Bredouillai-je devant son silence. Ca peut faire peur, ça fait pas longtemps qu'on est ensemble... On se connait à peine... Je... Je comprendrais si tu veux partir...

    0d6vzxm0rdhb.jpg

    Soudain, il se mit à rire. J'haussais un sourcil d'incompréhension, ne sachant comment réagir. Que lui prenait-il ? Je l'ignorai et je ne savais pas quoi faire, ni quoi dire. J'étais suspendue à ses lèvres, craignant et attendant les mots qui pourraient sortir de sa bouche.
    -C'est dingue ce que tu peux dire comme bêtise quand tu t'inquiètes. Finit-il par me dire quand il se calma enfin. Ellie, tu dis qu'on se connait à peine et que cela ne fait pas longtemps qu'on est ensemble. Mais moi, j'ai l'impression que je vais fonder une famille avec ma meilleure amie d'enfance.
    -Que, quoi ?

    6z7g7lh7sg5v.jpg

    -Ellie, tu me fais le plus beau des cadeaux. Ajouta-t-il plus sérieusement, tout en me venant me prendre dans ses bras. C'est un peu tôt et ce n'était pas prévu, je ne dis pas le contraire et c'est vrai que j'aurais aimé profiter de toi un peu plus longtemps. Mais te partager avec un mini-nous-deux ne peut faire de moi que le plus heureux des hommes.
    -Tu... Tu le penses vraiment ?
    -C'est vrai que j'ai l'habitude de dire beaucoup d'âneries, mais pas quand il y a un bébé qui est en train de jouer les espions dans ton bidon. Répliqua-t-il alors que j'haussai un sourcil amusé. Mais mon inquiétude revient aussitôt.
    -Mais qu'allons-nous faire ? Rien n'est prêt pour l'arrivé de ce bébé.
    -On a plusieurs mois pour s'y préparer. Et puis, dit-il en regardant la maison et le jardin, cet endroit est très bien pour élever un enfant. Enfin, si tu veux bien de moi ici.
    -Bien sûr quelle question.Lui souris-je, soulagée de ne pas être seule dans cette aventure, alors qu'il me déposa un tendre baiser du bout des lèvres.

    d7amcynrbfdd.jpg

    A la suite de cette annonce, Matthew s'installa définitivement à la maison. Dorénavant, nous partagions cette petite maison, en évitant de nous marcher dessus. Il fallait avouer qu'elle était très bien pour vivre seule, mais à plusieurs, cela devenait un peu plus compliqué. Matthew essayait de me rassurer en m'affirmant que tout était une question d'organisation, et qu'il avait fermement l'intention d'entreprendre des travaux. Après tout, notre enfant aurait besoin d'une chambre et un plus grand espace de vie ne serait pas du luxe. L'assurance de Matthew parvenait à me calmer pendant un temps, mais l'angoissée que je suis ne pouvait s'empêcher de s'inquiéter en permanence.
    Et un jour, pendant que je préparais une soupe de palourdes, Matthew se baladait dans la maison, quand son regard s'arrêta sur les trois cadres photos que j'avais accroché de mon côté du lit.


    bocp6ueapgjt.jpg

    -Dis moi Ellie, non pas que ça me gêne que tu ais la photo d'un autre homme au-dessus du lit, mais est-ce que je peux savoir avec qui tu es sur les photos ?
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.
Return to top