[Not so berry challenge] Chloé Berry et sa descendance

145791012

Réponses

  • Himari74Himari74 Messages: 1,551 Membre
    @Sysy83 Bien contente que ça te plaise :wink:
    Alors, oui, il se passe pas mal de choses... Entre Raj et Chloé, c'est totalement "mort" (si il y a jamais quelque chose qui ait vécu entre ces deux-là :sweat: ) Chloé et Nicolas, je les trouve tellement adorables l'un avec l'autre... :blush:
    Merci beaucoup à toi pour ton enthousiasme et tes compliments :smile:

    @Kannelia Ça on peut le dire !!! :tongue: La mort de sa mère n'a pas arrangé les choses -au contraire !
    Ah ça... :neutral:
    J'ai craint cru que ça n'arriverait jamais :lol:
    Ah le bébé... Je lui trouve un air tout doux à Chloé quand elle le regarde :heart: Et ces sourires... :kissing_smiling_eyes:
    Merci à toi-aussi pour tout le plaisir que m'apporte le fait de lire tes commentaires, par ici comme ailleurs :smile:

    Pour la prochaine maj, je vous propose un petit hors-série que j'avais envie de faire depuis un moment...
  • Himari74Himari74 Messages: 1,551 Membre
    Hors-série n°1: Lise
    Chère Chloé,
    Toi, ma fille, la chose la plus précieuse qui ait existé à mes yeux, tu es la seule chose qui me manquera lorsque j'aurais quitté cette Terre. Car je m'en vais, vois-tu. Je sais que tu ne liras sans doute jamais ces lignes mais je les écris toutefois en espérant que toutes les mots que je couche sur le papier, pourront t'atteindre, un jour où l'autre. Je suis désolée de devoir te quitter si prématurément. Tu es bien trop petite pour avoir à subir l'épreuve à laquelle tu vas être confrontée prochainement. Sache seulement que je t'aime, très fort, que tu n'as rien à te reprocher, que tu as toujours été la plus parfaite des petites filles : je n'aurais pu rêver mieux. Mais je pars trésor. Toi-aussi, je suis sûre que tu me comprendras un jour. Un jour, tu trouveras quelqu'un qui saura t'aimer et que tu aimeras plus que tout. Alors tu comprendras. Tu comprendras comme ce monde me paraît vide à présent, comme plus aucune lumière ne peut atteindre mes yeux et comme, malgré tout l'amour que tu as pu me donner, chaque jour que Dieu fait, je suis vide et creuse de l'intérieur. Aujourd'hui, je suis résolue à partir. Mais je ne pars pas seule. J'emporte avec moi l'objet de toute ma haine. Mon trésor, là où il sera, il ne pourra plus t'atteindre, toi, le seul trésor que j'ai en ce bas monde !
    Mon petit ange, je voudrais te raconter l'histoire de ma vie, rien qu'une fois. Je n'en ai pas le temps, alors, de nouveau, j'espère que le vent emportera tous ces mots à toi. J'écris pour toi. C'est l'histoire d'une petite fille qui s'appelait Lise. Comme tu l'auras sans doute compris, cette petite fille, c'est moi, c'est ce que je n'ai jamais cessé d'être. La petite fille s'appelait Lise, donc. Ces journées, elle les passait dans sa chambre rose, en haut du grand escalier de marbre. Elle détestait le rose, elle détestait les fleurs. Elle ne comprenait pas pourquoi on la forçait à rester dans cette chambre, si laide à ses yeux. Elle ne comprenait pas grand-chose, cette pauvre petite. Quand elle demandait à sa "Nanny", une vieille femme toute sèche et fripée, celle-ci lui répondait :

    hnukel0qn5bd.jpg
    "Mlle Lise ! Une jeune fille bien-élevée ne pose pas de questions ! Une petite fille doit être vue et non entendue. Combien de fois doit-on vous le répéter ? Voulez-vous vraiment mécontenter votre mère ?
    - Non ! Je ne le veux pas !
    - Parler aussi bien, à votre âge ! Ce devrait-être un crime ! Votre mère est bien bonne de vous élever avec autant de liberté !"
    Oh non, sa mère n'était pas bonne. Sa mère la haïssait parce qu'elle était une fille. Sa mère était seulement la seconde épouse de son père qui avait déjà plusieurs grands enfants. Elle avait eu beaucoup de mal à tomber enceinte de cette fille et elle avait espéré que ce serait un garçon, afin qu'il obtienne l'héritage convoité. Mais ç'avait été une fille, décevant toutes ses attentes. Nanny avait été la nourrice de sa mère elle la soutenait toujours, au détriment de la petite fille. Tout juste si elle ne l'accusait pas d'être née. Lise n'aimait pas Nanny, pas plus, même si c'était mal de le dire, qu'elle n'aimait sa mère. Sa mère était tous les jours en train de discuter avec des femmes dans son petit "gynécée", le coin du salon qui leur était réservé tandis que son père parlait avec affaires avec les hommes. Ce jour-là, c'était deux femmes rousses, deux sœurs, dont le mari de l'une d'entre elles venait, pour conclure quelque échange.

    uswncurb7aqi.jpg
    Ce jour-là, Lise avait échappé à la surveillance de Nanny pour venir espionner ces dames. Seulement, sa mère l'aperçut. Elle s'avança vers elle,
    pleine de fureur de voir sa discussion ainsi troublée, lorsque, brusquement, une idée sembla traverser son esprit. Elle prit l'enfant dans ses bras,
    sans ménagement, mais, au lieu de l'éloigner, elle la fit pénétrer dans le salon interdit et l'amena face à ses amies.
    "Veuillez m'excuser, leur déclara-t-elle avec un sourire éclatant. C'est ma fille, voyez-vous ! Elle est un peu fragile de santé et elle a besoin de soins presque constants !"
    Elle inventait tout, au gré de l'inspiration. Pour sa fille, elle eut un regard dur et froid et murmura à son oreille :
    "Sois sage et tais-toi, comme on te l'a appris. Fais-moi une bonne impression ou, au moins, efforce-toi de ne pas ficher en l'air tous les efforts de ton père. Essaie de ne pas me décevoir encore une fois."

    uzs3tuoy8971.jpg
    La mère de Lise avait toujours des mots très durs pour sa fille. C'était comme ça qu'elle avait elle-même été élevée. C'était ça qui l'avait conduite à la place qu'elle occupait aujourd'hui. Les adultes oublient souvent comment ils étaient quand ils étaient enfants. La mère de Lise avait oublié combien elle avait pu être malheureuse, elle-aussi, en entendant de tels mots sortir de la bouche de sa mère.
    La petite Lise ne comprenait pas pourquoi elle devait faire semblant de ne pas savoir parler mais elle obéit, parce que sa mère lui avait dit de le faire et que si elle désobéissait à sa mère, elle serait battue et ça, c'était hors-de-question. La petite gazouilla donc, au milieu des dames qui s'exclamaient : "Oh ! Comme elle est adorable votre fille, Maria ! Elle vous ressemble beaucoup !"

    m7bkprbfphcg.jpg
    Maria, la mère de Lise, affichait un sourire satisfait. Bientôt, l'affaire fut conclue, les deux dames partirent avec l'homme qui les accompagnait. Ne restèrent plus que Lise et sa mère dans le gynécée. Tout sourire avait quitté le visage de Maria.
    "Tu t'es plutôt bien débrouillée. Tu peux retourner jouer dans ta chambre. Et que je ne te revoie plus par ici, souffla-t-elle d'un ton sec, comme si le simple fait d'ouvrir la bouche pour parler à sa fille lui était insupportable.

    1zvqfet1hx77.jpg
    Lise regagna donc sa chambre rose, avec ses jouets roses, qu'elle haïssait tant. Elle prit une poupée à la robe rose et la regarda avec un regard triste. Comme elle lui ressemblait, cette petite figurine en bois, seule dans la grande maison vide !

    uta1c2ndlzya.jpg
    Vint un jour où Lise grandit. Elle prit la résolution d'être la plus parfaite des petites filles, dans l'espoir que sa mère serait fière d'elle. Elle ne se plaignait jamais, passait ses journées assise dans sa chambre rose qui n'avait presque pas changé : personne n'avait jugé utile de remplacer ses jouets de bambins par des neufs, plus adaptés à son âge. Mais de toutes façons, elle n'y jouait plus, restant sagement assise en attendant que sa mère l'appelle.
    sos6j1gtdc6a.jpg
    À présent, sa mère l'appelait tous les jours. Elle était presque membre à part entière du gynécée où il y avait toujours des dames pour s'extasier de cette adorable petite fille si bien éduquée. C'était les seuls moment où sa mère souriait, fière de se voir ainsi complimenté à si peu de frais puisqu'elle n'était même jamais montée dans la chambre de la petite. Devant les autres, elle faisait semblant d'être un mère très attentionnée envers sa petite fille, ne retrouvant son visage de pierre que lorsque le gynécée était entièrement vide.
    wcxkr17lf4h4.jpg
    Le père de Lise, lui, ne s'occupait pas de sa fille. On lui avait retourné que sa seconde épouse était une parfait mère, il laissait donc faire. Depuis la mort de sa première femme, il ne s'intéressait plus à rien, si ce n'était à ses affaires et à sa seconde épouse, qu'il aimait passionnément. C'était un vieil homme, un peu aigri mais qui n'avait pas son pareil pour conclure des affaires des plus avantageuses pour lui.

    7izdutd35lcw.jpg
    Le temps passa, tous les jours se ressemblaient. La petite Lise devint une adolescente. Elle comprit alors qu'elle n'obtiendrait jamais la moindre reconnaissance de la part de sa mère, pas plus que de celle de son père ou de Nanny. Elle changea du tout au tout. On ne la vit plus dans le gynécée. On ne la vit plus dans la maison de ses parents. Elle passait l'essentiel de son temps en extérieur avec ses amis. Elle avait rejoint les BB's comme on les appelait pour les moquer. Une bande d'ados, les ancêtres des Rebelles qui était dirigée par Betty d'où le surnom de Betty's Band ou BB's. La bande comprenait cinq membres : Betty, la chef qui menait la danse avec sa classe habituelle.
    f7cxstwsk5fp.jpg
    Secondée par son frère, le séduisant Taylor. C'était grâce à lui que Lise avait rejoint la troupe...
    63uyrypnd5qj.jpg
    En troisième, il y avait la mignonne Cassie. Contrairement à Betty et Taylor, elle n'avait jamais traîné dans des affaires louches et, quand on faisait partie de la bande, elle était la douceur même. Quand on ne faisait pas partie de la bande... il valait mieux éviter de la regarder d'un peu trop près. Et qu'on fasse partie de la bande ou pas, si on avait le malheur de laisser attendre qu'elle état "mignonne" ou "gentille", il valait mieux savoir courir vite.
    2koi67ofvarp.jpg
    Ensuite, il y avait Lise. Elle avait drôlement changé depuis la petite fille adorable en robe à volants bleus, discutant aimablement avec de grandes dames. Au fond, elle n'aurait pas fait de mal à un chien. Mais son nouveau look consistait déjà en un affront pour sa famille qui refusait à présent de la voir. Les soirs où elle rentrait, elle le faisait le plus tard possible. Et si jamais elle était surprise alors qu'elle montait dans sa chambre, elle était bonne pour passer la nuit dehors.
    x09d49d1xs0x.jpg
    Lise, à cause de ses origines qui différaient grandement de celles des autres membres du Betty's Band, avait eu tout d'abord un peu de mal à s'intégrer. Sa réussite était seulement due à Taylor...
    02rm85ddzil5.jpg
    Il y avait un dernier membre au groupe : Will. Personne ne savait vraiment pourquoi il restait avec une bande comme eux alors qu'il n'était absolument pas de "leur monde". Pourtant personne n'avait jamais songé à le virer. Il était gentil avec tous et la plupart du temps, se taisait et les suivait. Lise l'appréciait beaucoup. Elle pensait qu'ils avaient besoin de quelqu'un comme Will dans leur groupe pour leur rappeler, quelque fois,
    qu'il existait des gens normaux qui ne les jugeaient pas juste pour leur apparence et qui pouvait les apprécier comme ils étaient. Betty et Taylor ne lui avaient pratiquement jamais adressé la parole. Betty le laissait simplement les suivre tant qu'il 'était pas trop lourdingue. Cassie lui parlait,
    parfois, mais la seule à le considérer comme un membre à part entière de la bande était Lise. Elle était rapidement devenue sa confidente et elle savait, elle, pourquoi il tenait tant à rester parmi eux. Will était amoureux de la jolie Cassie.

    1xin2ufnaqdx.jpg
    Lise allait déménager. Elle était vraiment triste de devoir partir, loin de ses seuls amis. Elle savait que Betty ne l'avait jamais vraiment aimée parce qu'elle sortait avec son frère, mais Taylor, Cassie et même Will allaient lui manquer terriblement. Toute la bande était déjà en train de discuter dans une pièce et Lise allait les rejoindre lorsqu'elle s'arrêta net devant la porte.
    tdnxck1a1wbr.jpg
    Ce n'était peut-être pas bien d'espionner ainsi ses amis mais elle ne pensait pas à mal, se demandant juste à quoi pouvaient bien ressembler les discussions de ses amis en son absence. Elle entendit la voix rauque de Betty à travers le bois fin de la porte.
    41u7tz0ovyjo.jpg
    "Hey ! Vous savez pas la dernière ? Lise s'tire ! C'était pas trop tôt ! C'te fille ma saoulait carrément avec ses allures de gosse de riche ! Z'avez pas vu sa baraque ? Ses parents sont blindés pour sûr ! J'imagine trop leur discussions à table : "Alors ma chérie ? Tu traînes toujours avec cette boule puante de Betty ?" 'Suis sûre que ce sont ses parents qui lui paie tous ses vêtements ! Quand j'pense à toutes les années où j'ai économisé pour m'acheter c'te robe en soldes, ça m'donne envie d'vomir !
    - C'est clair, renchérit Cassie. J'ai été obligé d'me coiffer et d'me tatouer moi-même ! Elle, t'as vu ses cheveux ? C'est un pro qui lui a fait ça, obligé !
    - Ouais, continua Betty, en plus, elle nous a jamais laissé aller chez elle ! Vous verriez sa piscine, mon Dieu ! On doit être trop sale pour pouvoir s'y baigner, c'pour ça !"
    Betty et Cassie partirent d'un grand rire aigre. De l'autre côté de la porte, Lise osait à peine respirer. Chaque mot porté lui était un coup au cœur. Elle les croyait ses amies !
    Elle entendit ensuite la voix de Will. Cela lui mit un peu de baume au cœur. Elle regretta même de ne pas lui avoir été plus reconnaissante pour l'avoir acceptée le premier quand elle avait débarqué au bras de Taylor.

    jeua0pfcuwe3.jpg
    "Nan mais arrêtez d'parler comme ça d'elle dans son dos ? Vous aimeriez qu'on fasse pareil avec vous ?
    - Ouh là ! 'Tention, le rouquin s'énerve, plaisanta Betty.
    - La ramène pas l'corbeau ! Tu t'es prise pour Miss Monde, p'têt' ? J'vais te dire moi ! T'es juste jalouse parce qu'elle sort avec ton frangin ! Mais t'en sais rien d'sa situation avec ses parents ! Alors arrête de suite avec tes suppositions à la noix, ok ? Tu crois vraiment qu'elle resterait avec une fille aussi désagréable que toi si elle avait un foyer où des parents l'attendent les bras ouverts ? Et toi ? Tu serais là, si t'avais une baraque comme la sienne et des parent à tes pieds ? Est-ce que vous serez tous là, à moisir dans c'coin pourri, à vous donner un genre et à parler dans l'dos de la seule pote que vous aurez de toute votre vie ? Betty, t'es la reine des looseuses, voilà c'que t'es ! On es tous des looseurs, sinon, on n'en s'rait pas là ! Et tu peux dire c'que tu veux, Lise elle vaut quatre fois, non, dix mille fois mieux qu'toi ! Mais c'est une looseuse, elle-aussi, qui sait pas quoi faire d'sa vie parce que ses parents la renie et les filles comme toi la traitent comme une gosse de riches dédaigneuse. J'me répète mais si on avait un foyer, y'aurait aucun d'nous ici, aucun d'nous ! Rentre bien ça dans ta p'tite tête !
    - Non mais comme qu'il m'cause, l'autre là ? Tu tiens pas à ta vie, toi !
    - Oh là ! Calmez-vous ! Laisse-tomber, Will. Elle se moque d'toi, Lise.
    - Qu'est-ce que tu racontes, Cassie ? Tu vas pas t'y mettre toi-aussi ?
    - Écoute, elle est pas d'not' monde, Betty a raison. Elle, elle avait l'choix. Nous, on est née comme ça, des "looseurs", comme tu dis, dans les bas-fonds du quartier. On a toujours vécu comme ça. Lise, si elle l'avait voulu, elle aurait pu vivre bien, dans sa grande baraque avec ses parents et son fric. Nous, quoi qu'on fasse, on restera toujours des moins-que-rien.

    ieei5mi9ayu8.jpg
    "Tu te trompes, Cass'. Elle est pas différente de nous. Tu sais pas ce qui l'a poussée à agir comme ça. Tu m'déçois Cassie. J'pensais que t'étais son amie. Et toi, Taylor ? Tu dis rien ? On insulte ta copine et tu dis rien ?
    - Mais t'as raison, Willie ! C'est Taylor qui la connais le mieux après tout ! Interrogeons-le !"
    Lise pouvait voir d'où elle était le sourire satisfait que Betty devait arborer. Entendre la voix de Taylor fut un coup de grâce. Il avait des accents si doux quand il lui parlait. Elle faillit ne pas reconnaître cette voix sarcastique. Combien de fois lui avait-on dit de ce méfier de ce renard-là ? Combien de fois s'était-elle moquée d'eux ?

    fjr1w77c1oko.jpg
    "Sorry Will mais ma frangine a raison. C'est qu'une gamine, c'te fille. Une gamine égoïste et prétentieuse. J'sais pas comment j'ai tenu jusque là à subir ses caprices de pourrie gâtée ! Ah non mais c'était hilarant ! Elle était tellement persuadée d'être un rebelle ! Et tellement persuadée d'avoir trouvé le grand amour ! J'me retenais pour pas rire ! T'as pas vu tout-à-l'heure comme elle s'accrochait à moi ? Elle croit qu'elle peut obtenir c'qu'elle veut avec son joli petit minois de poupée. J'suis presque déçu qu'elle parte ! Elle m'amusait bien c'te poulette."
    Lise resta figée sur place. Les larmes ne coulaient même pas. Elle se sentait juste terriblement mal. Tout son monde semblait s'écrouler autour d'elle. Elle croyait qu'ils étaient ses amis. Elle avait passé toutes ses années de sa vie à leurs côtés pour découvrir, au moment de son départ, qu'aucun d'eux ne l'avait jamais estimée. Elle avait cru avoir enfin trouvé sa place quelque part, enfin trouvé un foyer. Elle s'était trompée. Elle n'avait pas plus sa place ici que dans sa chambre rose ou dans ce gynécée rayonnant de l'aura de sa mère. Elle entendit à peine Will se mettre à crier. En tous cas, elle ne bougeait toujours pas.

    jz0hyq554k0r.jpg
    "Finalement, j'me trompais. J'croyais que vous valiez mieux que ce que tout le monde croyait. Mais vous pouvez faire c'que vous voulez, vous serez jamais que des moins-que-rien dans vot' vie ! Vous voulez qu'on arrête de vous juger pour vos apparences mais c'est bien c'que vous faites vous ! Moi, j'me tire.
    - Vas-y tire-toi ! Va rejoindre ta super copine, Lise, la fille la plus géniale de tous les temps ! Ah non, oups, c'est vrai ! Elle va partir et tu te retrouveras tout seul comme le pauvre naze que t'es !, lança Betty.
    - Ouais, ben, j'préfère être seul qu'en votre compagnie ! Vous m'décevez. Les gens ont raison d'vous r'garder comme des chiens parce que c'est juste c'que vous êtes ! Et vous êtes même pas capable de voir au-delà d'une baraque avec piscine ! Betty, j'croyais que t'étais récupérable malgré ton passé, j'me trompais. Taylor, t'es vraiment plus bas que Terre pour avoir fait ça à Lise. Et Cass'... Ben Cass', y'a rien à dire. Tu m'déçois tellement. Allez, restez entre BB's parce que c'est juste c'que vous êtes."
    Will se leva à grand fracas et ouvrit la porte, avant de s'arrêter en voyant Lise, toujours figée. Il referma la porte derrière lui, doucement puis il la regarda, sans rien dire, l'air triste.

    k7nne61o0btv.jpg
    Enfin, il ouvrit la bouche.
    "T'as tout entendu je suppose. C'est... C'est vraiment...Rah ! J'suis dégoûté !

    kecjzt9wnmzq.jpg
    "Je te remercie de m'avoir défendue, Will. Mais je m'en vais, de toutes façons. Te brouille pas avec eux pour moi. Ce serait dommage qu'ils te perdent. Et puis, fais pas l'idiot, y'a Cass' aussi. Tu vas pas tout laisser tomber juste pour moi ! Ils ont raison. Je suis pas de leur monde. Je devrais pas me plaindre. Eux, ils ont jamais eu le choix dans leurs vies.
    - Non, j'y retournerai pas. C'est fini, maintenant et tant pis pour Cass', j'm'étais trompé sur son compte."
    Lise inspira profondément. Elle souriait.
    "Merci Will, répéta-t-elle. T'es sans doute le meilleur ami que j'aurais jamais. Merci pour tout."
    Elle n'arrivait pas à exprimer tout ce qui lui traversait l'esprit et le cœur en cet instant. Elle ne pouvait que répéter "Merci, merci Will.", sans parvenir à mettre d'autre mot sur la reconnaissance qui l'emplissait. Elle avait envie de lui dire qu'elle l'adorait mais les mots ne voulaient pas sortir. Elle avait peur de passer pour une imbécile, de ruiner leur belle amitié. Alors elle se taisait, répétait ses "merci" en essayant d'y mettre tout son cœur et d'exprimer dans sa voix ce qu'elle ne parvenait pas à exprimer autrement.

    4isnyxywm267.jpg
    "Bon ben..., commença Will, un peu hésitant. Aux deux looseurs qui quittent le Betty's Band pour de nouveaux horizons !
    - Ouais ! À Willie et Lisette ! Et nazes un jour, nazes toujours !"

    uiq8ptib78tx.jpg
    Enfin, il la serra dans ses bras.
    " À plus, Lise. Tu vas m'manquer...
    - Toi-aussi mon Willie...Toi-aussi...
    - J't'aime fort ma Lisette... Et même si on s'revoit jamais, j'me souviendrai d'toi !
    - Hihi... T'as intérêt !... Allez... Adieu, mon p'tit Willie adoré !"

    523yis3djqio.jpg
    Ils se séparèrent et elle le regarda partir avec l'impression qu'il emportait avec elle tout ce qu'il y avait eu d'un peu beau dans sa vie. Je ne l'ai jamais oublié, ma petite Chloé. Jamais. Et aujourd'hui, je me demande ce qui ce serait passé si j'étais tombée amoureuse de mon Will plutôt que de Taylor. Peut-être que je l'étais au fond de moi, sans oser mettre ce grand mot sur mon adorable meilleur ami...
  • Himari74Himari74 Messages: 1,551 Membre
    août 2017 modifié
    Lise déménagea donc, le lendemain, sans avoir ré-adressé la parole à aucun de ses "amis" du Betty's Band. Elle changea du tout au tout, une fois arrivée dans sa nouvelle maison. Elle redevint la petite fille parfaite qu'elle avait été, enfant, et tout recommença comme avant qu'elle ne rejoigne la Bande de Betty. Sa mère en fut enchantée et commença immédiatement à chercher un mari qui serait digne d'elle et de sa famille. Elle trouva assez rapidement un comte qui portait le nom de Guy Berry. Lise fit sa rencontre une ou deux fois et tout fut réglé.
    tiluwqc0c2yo.jpg
    C'était un homme plutôt renfermé qui ne plut jamais à Lise. Mais elle jouait à merveille le rôle qu'elle s'était créée et paraissait toujours enchantée à l'idée de l'épouser. Ma petite Chloé, si je n'ai jamais aimé ton père, je n'avais toutefois jamais vu avant notre mariage à quel point c'était un être odieux, je te le jure. Il s'était toujours montré avec moi d'une courtoisie exemplaire et si j'avais décelé en lui, cette obscurité qui me mena où j'en suis aujourd'hui, je n'aurais jamais accepté ce mariage. Lise l'épousa donc, lors d'un mariage arrangé par sa mère.
    2asgdr7kmck4.jpg
    Quelques temps plus tard, elle tomba enceinte de lui. C'était toi, ma petite fille adorée qui commençait à prendre forme dans mon ventre.
    7a39iq9oud61.jpg
    Ta naissance, ce fut le début d'une grande période de bonheur. J'ai re-commencé à vivre grâce à toi, à ton sourire
    t186wk3prw9h.jpg
    C'est toi qui m'a ouvert les yeux sur cet homme si bon. Je ne regrette rien pour Charles, tu sais. Et je ne t'en veux absolument pas, quoiqu'en puisse dire les mauvaises langues. Tu l'aimais comme ton père, je le sais. Quel mal y avait-il à le dire ? Même sous les yeux de ton propre père ?

    bj56u59mp9n5.jpg
    C'est moi qui en suis tombée amoureuse. Je suis la seule à blâmer.
    tstn71mv2cbc.jpg
    52rjp45g4qfm.jpg
    Ma douce Chloé. Surtout ne pleure pas trop. Je te dis ce que tu sais déjà, au fond de ton cœur, même si tu te refuses à le croire. Oui, ton père a payé quelqu'un, je ne sais pas qui, pour tuer mon amant, mon Charles, mon soleil, ma vie. Oui, j'ai été stupide de ne pas garder en mon fort intérieur les élans de mon cœur. Oui, c'est sur ton mot, le "papa" que tu as lancée, petite bambine innocente, qu'il a compris que si tu l'appelais ainsi, c'est parce qu'il était la seule chaleur qui emplissait mon cœur. Oui, ton père a tué cet homme si bon, même s'il ne l'a pas fait de ses propres mains. Et ce soir, je te le dis uniquement en pensées et sur ce papier qui brûlera. Ce soir, mon trésor, je vais à tout jamais supprimer de cette Terre cet homme qui se disait ton père. Je jouerai mon dernier acte ce soir. Enfin, j'achèverai mon rôle, ce rôle que je n'ai jamais cessé de jouer. Je t'aime mon ange mais ce soir, je meurs et j'emporte avec moi ce père qui, de père, pour toi, n'a eu que le nom. Au revoir, mon trésor. Je sais que tu ne pourras jamais me pardonner pour toutes les souffrances que je t'ai fait subir mais vois-tu, il s'agit seulement de l'achèvement de la misérable petite vie d'une misérable petite fille. Toi, mon cœur, tu dois vivre et sois heureuse pour moi. Sois heureuse pour Lise !
    Ta maman qui t'aime,
    Lise Berry

  • KanneliaKannelia Messages: 3,989 Membre

    @Himari74 : oh la la... que d'émotion dans ce hors série!! ;)

    Pas toujours rose et heureuse la vie de petite fille riche :(

    Que fera Chloé à présent ? Sa mère lui dit de vivre et d'être heureuse!

    Tes screens sont de toute beauté <3

    ghag8jb0gmkv.jpg

  • LuluswanLuluswan Messages: 3,333 Membre
    J'ai découvert ce post ce matin et... j'y ai passé quasi toute ma matinée ! J'adore ! Vraiment, Chloé est très attachante, elle n'a pas eu la vie facile et la roue n'a pas l'air d'avoir envie de tourner pour le moment. Même s'ils sont sur le point de se quitter, elle et Raj. Il serait temps qu'elle ouvre les yeux et qu'elle soit heureuse... Avec Nicolas par exemple ? ;)
    Challenge 7 bambins - La vie des Bambini (terminé) *** Challenge 100 bébés - Le compte-rendu des Conti (terminé)
    Not so Berry Challenge - Une aventure haute en couleurs (terminé) *** Défi crise financière - Quand Lulu s'y met (terminé)
    Challenge Génération - G3 - La lignée Berry perdure (en cours) *** Lulu fait des challenges - Voyage surprise (en cours)
    dfy0i9rh65ac.jpg
  • meliaonemeliaone Messages: 3,106 Membre
    Les émotions de la grossesse et de la mort proche ont fini par mettre les points sur les i. Chloé a reproché à Raj de ne pas la comprendre, en le comparant à Gaël, en oubliant qu'elle ne s'était jamais confié à Raj et qu'il ne pouvait tout deviner.Pour autant, Raj a visiblement souffert en silence en se rendant compte qu'elle ne partageait rien et n'éprouvait rien pour lui mais ne savait pas comment s'y prendre et devant le mutisme de Chloé a pris vent debout la défense de sa mère, son seul port d'attache.Le rapprochement qui était souhaité par tous deux ne pouvait se faire en raison de la présence de sa mère qui, aigrit par sa vie, a immédiatement senti que Chloé n'aimait pas Raj et avait reporté sur son fils un instinct protecteur et destructeur toutefois, par son excès en créant une relation quasi incestueuse et de l'aveuglement de chacun. Quel gâchis ! Raj a su réagir face à la position ambigüe de Chloé en refusant son aide qui oscillait entre le seul souvenir de son passé, sans véritable empathie et la culpabilité de ce qui s'était passé la veille.Pour autant, dans la douleur, il s'est laissé entraîner dans la défense de sa mère en oubliant que son avenir était ailleurs que dans cette relation.Enfin de compte, la réaction clairvoyante de Raj a été salvatrice pour Chloé qui devrait écouter un peu plus ses émotions du présent que celles du passé mais nul doute que l'enfant qui vient d'arriver va changer ses perspectives et qu'elle fera sa vie avec celui qui saura être un père sécurisant et attentif pour son enfant.Mais garde à ne pas tout reporter et vivre sa vie de regret à travers cet enfant, en évitant de faire des choix par défaut, au risque de ressembler à la mère de Raj !

    Bon et bien, le hors série, visiblement, Chloé n'a pas été un bonheur suffisant pour que sa mère renonce à partir et le désir de vengeance et la douleur ont été plus fort.Espérons qu'elle comprendra ainsi que l'amour nouveau qui vient d'émerger n'est pas suffisant et qu'elle doit construire sa vie avec et pas seulement à côté!

    Vivement la suite !
    ID galerie : meliaone

    studio : ici

    lien you tube

    Twitter : Meliaone

    «Nos doutes sont des traîtres et ils nous privent de ce que nous pourrions souvent gagner de bon, parce que nous avons peur d’essayer» – William Shakespeare
  • Himari74Himari74 Messages: 1,551 Membre
    @Kannelia Bien contente qu'il t'ait plu, surtout vu le temps que j'y ai passé :sweat_smile:
    Non... J'adore écrire ce genre d'histoires (avec les sims ou en-dehors) :love:
    Hmmm... À voir... :smirk:
    Merci beaucoup ! :heart:

    @Luluswan Oh ! Merci ! :kissing_heart: Contente de te retrouver par ici :blush:
    Quitter Raj pour Nicolas ?... On verra :tongue:

    @meliaone Alors... Tout d'abord merci pour ce grand commentaire :blush:
    Oui, beaucoup d'émotions qui ont conduit Chloé à se rendre enfin compte qu'elle n'avait jamais rien partagé avec Raj. Chloé est plutôt renfermée sur elle-même depuis là mort de ses parents et encore plus depuis celle de Gaël, du coup elle a tendance à ne pas aller vers les autres s'ils ne viennent pas d'eux-mêmes à elle. Elle ne s'était donc jamais confiée à Raj sur ce passé qui la hantait et elle rejette en effet la faute sur lui alors qu'elle-même n'a jamais fait l'effort de discuter avec lui, de lui parler, de chercher à créer une vraie relation entre eux.
    Mais Raj, lui, l'aime et voit que ce n'est pas réciproque : il voit qu'elle souffre mais ne sait pas comment l'aider. Rai est maladroit avec les sentiments parce qu'il a toujours vécu avec sa mère qui, regrettant l'erreur commis avec son le père de Raj, ne savait pas trop comment se comporter avec cet enfant non-désiré mais qu'elle aimait quand même et qu'elle voulait surprotéger pour qu'il ne commente pas les mêmes erreurs qu'elle ; fait renforcé par l'arrivée de Chloé. En effet, la mère voit que son fils part dans la même voie que son père avant lui en aimant quelqu'un qui ne l'aimera jamais, ce qui lui rappelle son propre passé, d'autant plus que Chloé tombe elle-aussi enceinte.
    Lorsque Chloé lui propose son aide, Raj sent que ce ne sont pas là les paroles d'une épouse aimante, cherchant à partager les peines de son mari mais uniquement culpabilité vis à vis de ce mari qu'elle n'avait jamais soutenu ni chercher à comprendrendre, remords, et aussi, ce passé qui continue de lui peser. Mais Raj est toujours obnubilé par l'idée de cette mère qui est pour tout pour lui, et cherche toujours à la défendre : pour lui, sa mère est à la fois quelque chose qu'il adore plus que de raison, quelqu'un qu'il a toujours craint, dont il recherche l'amour dans chacune de ses actions, ayant toujours peur de la décevoir.
    Quant à Chloé, elle est effectivement toujours plongé dans son passé, en oubliant que seul le présent peut lui apporter bonheur et que son avenir s'y trouve ; en ressassant ce passé, elle ne trouvera que tristesse et remords. Pour l'instant, la naissance de sa fille semble être la seule chose qui pourra lui permettre peut-être, d'arrêter de s'enfermer dans un passé douloureux pour songer à son avenir, à celui de sa fille et à qui pourra leur offrir une meilleure vie... De cela dépend leur bonheur à toutes les deux.
    Le hors-série visait en effet à montrer que si la mère de Chloé aimait celle-ci énormément, l'amour maternel ne pouvait pas entièrement la satisfaire, qu'elle avait également besoin d'aimer en tant que femme et pas uniquement comme mère. Chloé a toutefois la chance de ne pas vivre dans le même milieu, ni avec les mêmes contraintes : quand sa mère ne pouvait songer au divorce, elle a cette possibilité là pour se construire une vie meilleure et un destin plus positif que celui de sa mère, qui ne voyait plus que la mort et la vengeance pour la libérer de sa souffrance... On a donc l'espoir qu'elle parvienne à se construire un avenir plus heureux malgré le passé qui l'entrave...
    Encore merci pour ce commentaire qui analysait parfaitement mon texte et les ressentis des personnages ! :kissing_smiling_eyes:
  • meliaonemeliaone Messages: 3,106 Membre
    Si j'ai pu commenter ainsi ton texte @Himari74 , c'est que tu as su, par un énoncé fluide et sans fioriture de scènes de vie , à retranscrire ce qui se passait dans les relations et le ressenti de tes personnages, c'est donc toi qu'il faut remercier ! :)
    ID galerie : meliaone

    studio : ici

    lien you tube

    Twitter : Meliaone

    «Nos doutes sont des traîtres et ils nous privent de ce que nous pourrions souvent gagner de bon, parce que nous avons peur d’essayer» – William Shakespeare
  • Himari74Himari74 Messages: 1,551 Membre
    @meliaone Merci, ça me touche beaucoup ! :blush:

    Chapitre 14
    Nicolas me raccompagna jusqu'à chez-moi. Il tint à porter lui-même le bébé jusqu'à la jolie chambre prévue pour lui. Pendant qu'il entrait, le bébé endormi dans les bras, je restai un moment devant la porte close, n'osant m'éloigner de l'ascenseur. Je ne m'étais jamais sentie plus heureuse que quand j'avais retrouvé Nicolas qui m'attendait, devant l'hôpital. Je n'avais jamais été plus heureuse qu'en le sachant près de moi, lorsque ma petite Romy - c'était son nom - était née. Qu'est-ce qui me prenais donc ? Était-il possible que... Peut-être... Non, non, ne sois pas bête Chloé !
    5gp5ecf02iuj.jpg
    "Chloé ? Tout va bien ?
    - Hein ? Euh...Oui, oui...
    - Bon, eh bien... Je vais te laisser... Ta petite a l'air d'aller parfaitement bien. Elle est très souriante, pour l'instant..; Espérons pour toi que ça dure... Et si tu as besoin de quoi que ce soit, n'hésites pas !
    - Merci beaucoup. Tout ce que tu as fait jusqu'ici, c'est déjà tellement... Je ne te remercierai jamais assez.
    - Non, ce n'est rien... L'important, c'est que tu ailles bien et que...tu ne sois plus fâchée contre moi...?
    - Pardon. J'ai été bête de t'éviter. Je ne sais pas ce que j'aurais fait sans toi..."
    J'allais ajouter "ce soir" mais je me tus. Non, je ne savais pas ce que j'aurais fait sans lui, tout court. Il avait pris une place tellement importante à mes yeux... Je ne me comprenais plus.
    "Bon, eh bien... Au revoir, Chloé ! Prends bien soin de toi et de ta fille !
    - Toi-aussi ! Hum... Ta fille... Elle t'aime beaucoup, tu sais... Enfin, au revoir !
    - Pourquoi dis-tu ça ?
    - Pour rien...
    - Bon... Au revoir !
    - Au revoir !"
    J'avais envie de lui crier de rester mais je ne le fis pas. Je restai devant les portes fermées de l'ascenseur un moment encore après qu'il fut descendu, comme une imbécile. Enfin, j'allais trouver ma fille qui reposait, toute calme et sage dans son berceau.
    m0uxas65wbc6.jpg
    Elle était, en effet, d'une sagesse incroyable, distribuant ses sourires adorables qui m'emplissaient d'une tendresse maternelle que je ne me connaissais pas. Sans doute était-ce la conviction de toute les mères mais je trouvais que mon bébé était le plus beau de toute la Terre... Et quelle charmeuse avec ses grands sourires et ses gazouillement d'ange !
    "Mmmm... Je sens que tu vas me causer des ennuis avec les garçons, toi, plus tard !", murmurai-je avec un regard attendri à ma petite fille chérie.
    yhepj4u7mwlv.jpg
    Elle eut un nouveau pépiement puis je la reposai dans son couffin. Elle s'endormit, son sourire adorable flottant toujours sur son visage. Ma fille dormait, mon mari aussi. Je restai un moment dans cette chambre, totalement rénovée pour ma petite princesse. J'étais bien, là. En voyant le visage, dénué du moindre souci, de ma Romy, je songeai à comme les adultes étaient bêtes de se faire des montagnes de tout quand il était si simple d'être heureux.
    lojrhsin3a2g.jpg
    Et tout-à-coup, je me décidai. J'appelai quelqu'un pour s'occuper de mon trésor au cas où elle se réveillerait pendant mon absence et au cas où le sommeil de Raj serait trop profond pour que ses pleurs ne lui parvinssent. (Cela faisait beaucoup de "au cas où" mais je ne tenais pas à ce que ma fille fût victime de ma lubie) Je sortis ensuite. Je connaissais son adresse, comme celle de tous mes collègues, grâce à Marcus. Je courus presque. Il commençait à se faire tard et je craignais de trouver porte close. J'eus un instant d'hésitation devant la porte... Ah non Chloé ! Tu n'as pas fait tout ce chemin pour te défiler maintenant !, songeai-je. Je m'avançai donc et frappai à la porte.
    mfo53evgqsyv.jpg
    Instant d'angoisse, d'attente. Mille fois en l'espace de quelques secondes, je faillis faire demi-tour. Mille fois mon envie de le voir fut plus forte.
    "Entrez !", entendis-je enfin. C'était sa voix. Je ne savais pas si j'étais soulagée ou non. Je poussai la porte ; elle était ouverte.
    "Chloé ? Ça alors, si je m'y attendais ! Quelque chose ne va pas ?"
    Maintenant qu'il était devant moi, je me sentis bête d'être venue. Il allait me prendre pour une folle !
    "Reste pas plantée là, comme ça ! Tu viens d'accoucher, quand même ! Assieds-toi !"
    Je m'assis, toujours sans un mot, ne sachant plus quoi dire pour justifier ma présence ici. Enfin, je me lançai.
    "Je voulais te remercier, pour tout ce que tu as fait pour moi, jusqu'à aujourd'hui... Mais je ne sais pas comment... Comment te montrer toute ma reconnaissance ?"
    63tr3c4p0aw7.jpg
    Il éclata soudain de rire.
    "Exc...excuse-moi...Je ne veux pas me moquer de toi mais c'est juste que...
    - Je suis sérieuse ! Tu es toujours là pour moi et moi, je te boude pour des raisons idiotes... tu me pardonnes toujours et j'ai l'impression de...
    - Ok, ok. Écoute, je t'ai déjà dis que la seule chose que j'attendais de toi était que tu restes la même. Le simple fait que tu sois là aujourd'hui,
    me suffit amplement pour me prouver ton amitié. Et puis, tu n'as pas à t'excuser... Mon absence était impardonnable, ce jour-là, c'est pour ça que j'ai tenu à être présent quand tu avais besoin de moi pour l'arrivée du bébé.
    - Je suis sûre que tu avais une bonne raison pour ne pas venir, mais je ne t'ai pas laissé le temps de t'expliquer...
    - Non. Je n'en avais aucune, de "bonne" raison. Je... Je pensais que... C'est délicat à dire... Je pensais que Raj n'était pas le bon pour toi... Je me trompais, désolé..."
    1a4re94ir8ve.jpg
    Je me figeai en entendant cela. Non, il ne se trompait pas. Il avait raison. Romy était la seule chose qui m'était arrivée de bon dans ce mariage.
    "Peut-être que tu avais raison. Que c'était moi qui me trompait, murmurai-je.
    - Pardon ?
    - Non, oublie-ça... Il faut que j'y aille ! Il commence à être tard ! Raj doit se faire du souci, mentis-je, Raj ayant abandonné depuis un moment l'espoir de me garder à la maison plus de quelques heures.
    - Tout va bien ?
    - Oui, oui, bien sûr !
    - Tu sais que tu peux tout me dire...
    - Oui, oui, je le sais ! Merci, Nicolas !"
    Non, Nicolas, je ne peux pas tout te dire... J'en suis incapable. Un jour, j'ai promis à quelqu'un de jamais rien lui cacher. Il est parti maintenant. Il ne reviendra pas. Non, Gaël ne reviendra jamais. Un jour, peut-être, je trouverai la force de, de nouveau, de tout dire à quelqu'un, de partager avec cette personne mes secrets, de tout lui donner, même ce cœur qui appartenait à mon Gaël, mais pas encore... Pour l'instant, il faut que je pense à ma Romy, que je fasse tout pour qu'elle soit heureuse...Plus tard, peut-être, je songerai à soigner mon propre cœur.
    8pckogvdtmbv.jpg
    "Bon, et bien... Au revoir ! Ma porte te reste ouverte... Et sinon, on se verra au labo' !
    - Oui, merci...Au revoir..."
    gk4su2g60rlr.jpg
    Je fis demi-tour et rentrai, à pied malgré le froid qui commençai à se faire sentir dans le soir tombant. Je n'étais pas fatiguée grâce aux liquides injectés par les médecins. Raj, lui, était à demi endormi, se retournant dans le lit, des larmes coulant toujours le long de ses joues. J'avais l'impression d'être seule, comme avant, jouant aux échecs pour passer le temps.
    xep66inriz5f.jpg
    Puis je me mis à jouer avec mon pistolet pour m'exercer sur des éléments que j'avais en double, en les transformant en divers objets décoratifs. J'avais eu la merveilleuse idée de faire ceci sur le tapis, dans la chambre de Raj et ce qui devait arriver arriva...
    bya5dbc4r33j.jpg
    Ne me demandez pas comment mais je parvins à m'éteindre moi-même, m'en tirant presque-indemne et sauvant le tapis. Je ne sentais pas la rose, mais rien d'irréparable. Raj se redressa sur les oreillers et, d'une voix endormie, demanda :
    "Tout va bien, Chloé ?
    - Oui, oui, ne t'en fais pas. Dors tranquille.
    - Tant mieux alors... Euh... Chloé ?
    - Oui, qu'est-ce qu'il y a ?
    - Je... Fais attention à toi, c'est tout..."
    3fy8yl8kol9p.jpg
    En allant prendre une douche, je songeai à ses paroles. Il avait dit un peu la même chose que Nicolas mais je ne savais toujours pas qu'en penser. Je m'en voulais, aussi, de n'avoir pas su être une bonne épouse pour Raj. Il s'en faisait évidemment pour moi et je n'étais seulement pas capable de le lui rendre.
    dty9k2rqalvy.jpg
    Au même instant, j'entendis des pleurs venant de la chambre de Romy. Je me rhabillai en toute hâte pour courir auprès de ma petite Romy. Ses premiers pleurs, à mon pauvre ange. Elle devait s'être sentie seule mais j'étais là, à présent et elle s'apaisa presque aussitôt, retrouvant son jolie sourire, juste un peu fatiguée peut-être.
    xdpbmarxs1o0.jpg
    qdeg8u0k1w1q.jpg
    Je la laissai donc dormir, retournant à mon jeu tandis que Raj allait au travail, l'air toujours aussi triste. Je me demandai s'il se consolerait un jour de la perte de sa mère... Se consoler était peut-être un bien grand mot. Je ne pensais pas qu'on puisse dire de moi que je m'en étais consolée. J'avais fini par avancer, Gaël à mes côtés. Et lorsqu'il était parti à son tour, je m'étais de nouveau perdue, dans les méandres du passé.
    fa27jznuqbud.jpg
    Aujourd'hui, j'avais de nouveau une lumière. Chaque fois que je me penchais sur son berceau, son grand sourire paraissait tout illuminer. Elle était ma chair, mon sang. Je ne m'étais pas sentie aussi heureuse que quand je la prenais dans mes bras depuis de nombreuses années. Elle était là, toute petite dans mes bras, si fragile et si forte à la fois. J'avais pour elle, une tendresse que je ne m'expliquai pas. Ma mère avait donc ressenti toutes ses choses ? Ce bonheur de prendre un enfant dans ses bras, de lui sourire, ce bonheur de la maternité. Maman...Vois-tu ? Je suis mère à mon tour...Grâce à tout ce que tu m'as donné, je porte moi-aussi une petite vie dans mes bras... J'espère que je saurais lui donner tout l'amour que tu m'as toi-même donnée, il y a des années, et que tu me donnes encore, j'en suis sûre, depuis là-haut.
    087n991i7ek5.jpg
    qh3xdincqwv7.jpg
    Je poursuivis ensuite ma journée, semblable à tant d'autres. Mais cette fois, je n'étais pas seule. Cette simple pensée m'emplissait de bonheur. Il me suffisait d'ouvrir une porte pour la trouver là, gazouillante et adorable. Elle était toute sage, ma Romy, pleine d'un calme qui m'étonnait presque. Moi, je vivais comme les autres jours, mangeant et jouant aux échecs, m'arrêtant uniquement pour aller m'assurer qu'elle n'avait besoin de rien.
    36yy8newkp20.jpg
    27q0vgag9n61.jpg
    Il devait être aux alentours de cinq heures lorsqu'on toqua à ma porte.
    1t304097g6sa.jpg
    Étonné, je m'empressai d'aller ouvrir. J'eus la surprise de trouver devant ma porte Amélie Sasaki.
    "Bonjour, Amélie ? Qu'est-ce qui t'amène ?
    - Euh, bonjour Chloé. Je veux pas vous ennuyer longtemps, hein ! Mais si vous avez deux minutes à m'accorder... Je voudrais bien vous parler...
    - Entre, pas de souci !
    - Vous... Vous croyez que je peux ? Ça va pas vous déranger ? Et votre mari ?
    - Mon mari est absent pour le moment...
    - Ah ! Tant mieux ! 'Fin, c'est pas ce que je veux dire, mais je préférerais vous parler à vous toute seule...
    - D'accord, je comprends ! Entre et laisse-moi juste quelques minutes, je crois que j'entends ma fille. Enfin, si tu veux la voir, tu peux me suivre aussi.
    - Non, non, c'est bon, je vais attendre dans votre salon."
    1jsf7kcp12n5.jpg
    Romy s'était crue seule, sans doute, car dès qu'elle me vit, elle eut un large sourire. Cette petite était un trésor de sourires !
    257bmbkgdqd6.jpg
    Succombant à sa curiosité, Amélie m'avait finalement suivie.
    "C'est votre fille, alors ? Elle est mignonne...
    - Tu trouves, toi-aussi ?
    - Oui... J'ai toujours rêvé d'avoir des p'tits frères et des p'tites sœurs ! Bref, je vais pas y aller par quatre chemins et je m'en excuse d'avance mais vous comptez énormément pour mon père. Il est pas doué du tout avec les sentiments ! Croyez-moi, je le sais, je l'ai eu pour père ! Je voudrais juste savoir ce qu'il en est pour vous. C'est qui, pour vous, mon père ?"
    exk4hughbjf9.jpg
    "Hein, euh... Et bien... C'est un collègue que j'estime beaucoup et il m'a beaucoup aidé, pour tout plein de choses et...
    - Ok... Et votre mari ?
    - Euh... Je... Raj est...
    - Écoutez... Mon père m'a rapporté votre conversation d'hier. Il sentait que vous étiez triste. J'comprends que vous vouliez pas parler avec mon père de ce genre de problèmes, mais moi, si vous voulez, je peux vous entendre. Et je dirais rien à mon père. D'ailleurs, il me tuerait sûrement s'il savait que je suis passée par ici !"
    L'entendre parler de son père était quelque chose d'étrange. Je pouvais m'imaginer une autre facette de Nicolas. Comment était-il avec sa fille ? Nul doute, vu comment elle en parlait, qu'il l'aimait beaucoup.
    z0y1waw1lyqc.jpg
    "En vérité, ça ne va pas bien du tout. Je crois que j'ai commis une erreur...et si ce n'était qu'une seule ! Je ne sais plus pourquoi ce mariage... Je crois bien que je n'ai jamais rien partagé avec lui et puis... Et puis, je ne sais pas. Il y a d'abord eu cette histoire avec sa mère... je croyais que ça s'arrangerait mais elle est morte et pourtant, il continue à être obnubilé par elle... Je ne sais pas, Amélie. Je ne sais plus. Je crois bien que je ne l'ai jamais aimé. Tout est de ma faute. Je...
    - Écoutez, je suis désolée...Je ne sais pas quoi dire..."
    14i3p59s6l92.jpg
    "Moi non plus, je ne sais pas !
    - Hey... Ça va aller, Chloé. Vous avez une fille merveilleuse, vous êtes jeune et belle... Vous avez encore toute la vie devant vous ! Juste... Ne laissez pas tomber votre fille, même si ça va mal...Elle a besoin de vous. Je le sais. Parce qu'aucune fille ne devrait avoir à vivre sans sa mère...", soupira-t-elle.
    e9ozc04ykjti.jpg
    "Non, vous avez raison. Je ne laisserai jamais tomber Romy !
    - Oui, je m'en doute, vous n'êtes pas comme elle...Je me trompai sur votre compte. J'avoue que je pensais que mon père faisait erreur en vous considérant comme une personne fantastique... Je croyais que vous lui ressembliez mais c'est faux. Vous n'avez d'elle que le visage... Vous êtes bien différentes au fond...
    - Vous voulez parler de votre mère ? Elle me ressemblait ?
    - Oui... Mais n'y pensons plus ! Je ne tiens vraiment pas à parler d'elle ! Elle m'a abandonnée quand j'étais une petite bambinette, elle ne mérite pas que je pense à elle.
    - Je suis sûre qu'elle avait une bonne raison pour ça...
    - Parce que c'était une bonne raison à Las Simgas pour devenir mannequin et abandonner mon père tout seul avec moi pour se marier avec un multi-milliardaire ? Je ne crois pas."
    Il y avait une grande douleur dans ses yeux. Je compris que, quoi qu'elle dise, sa mère lui manquait. Je la comprenais. Je lisais dans ses yeux ma propre histoire. Le dos d'une mère qui se tourne, qui s'en va malgré nos appels, et qui reste gravé dans votre mémoire, à tout jamais.
    bcxh2u2bgqkw.jpg
    "Enfin. Je m'en fiche, moi. Mais je ne lui pardonnerai jamais d'avoir fait souffrir mon père !
    - Nicolas doit être un père formidable...
    - Ah ça oui ! Vous pouvez le dire ! Et gaga de sa fille, avec ça ! Regardez moi ça !"
    Un sourire était revenu sur son visage à l'évocation de son père. Elle me montra des photos où on la voyait, elle et son père. Il y en avait des tas. Elle, au moins, avait eu la chance d'avoir un père pour la réconforter. Moi, j'avais eu Gaël...
    gwmqkwq07rl0.jpg
    "Bon ! J'dois y aller ou mon père va s’inquiéter ! Au fait, vous sauriez pas quels films passaient aujourd'hui ? J'lui ai dit que j'allais au cinéma !
    - Hum... Il me sembla qu'il y avait Cœurs à prendre...
    - Trop bonne idée ! Merci pour tout, Chloé !
    - Vous pouvez repasser quand vous voulez, Amélie !
    - J'y penserai ! Et vous, vous avez intérêt à passer chez-nous de temps en temps !"
    93brtgubec3n.jpg
    Une fois la jeune fille partie et avant que la nuit ne tombe, je fis l'acquisition d'un lit. J'avais décidé de dormir auprès de ma petite Romy, en effet. Ainsi, je pourrai veiller sur elle, tout en évitant d'avoir à subir les allées et venues de Raj et ses larmes qui me mettaient extrêmement mal-à-l'aise.
    wasuhfcng847.jpg
    Romy fut très calme, comme la veille, alors que je craignais le pire. Elle ne s'éveilla qu'une seule fois pendant la nuit. Je fus aussitôt auprès d'elle, la berçant doucement dans mes bras pour la calmer.
    sxrc6uyp31wp.jpg
    J'allai ensuite discrètement dans le salon pour voir ce qu'il en était pour Raj. Il pleurait sur l'urne de sa mère. Il devait passer toutes les nuits ainsi, sûrement.
    xrsvhic39b3w.jpg
    Mais cette fois-ci fut différente des autres fois. Le fantôme de Mme Rasoya sortit de l'urne, tout-à-coup. Raj fondit en larmes dans ses bras. Il avait l'air si heureux... Pourtant je ne parvenais pas à me réjouir pour lui. J'aurais tant aimé pouvoir enlacer ainsi ma propre mère, après son départ ! Et puis, à quoi cela pourrait-il bien le mener, de la retrouver en fantôme, toutes les nuits ? À part à continuer de souffrir le jour et de s'illusionner la nuit, en adorant le fantôme de celle qu'il avait tant aimée ?
    276wkgyciyia.jpg
  • LuluswanLuluswan Messages: 3,333 Membre
    août 2017 modifié
    Ah, il y a du rapprochement dans l'air entre Chloé et Nicolas, il était temps ! Même si pour le moment il n'y a rien... on espère que ça continuera dans ce sens. Merci Amélie ;)

    Chloé s'est enfin rendue compte que son mariage est un échec et surtout une grosse blague depuis le début... Elle a pourtant voulu y croire. Mais Raj est irrécupérable, il n'y a que sa mère qui compte. Et maintenant qu'elle revient la nuit, c'est foutu (ça l'était déjà depuis un moment mais ça va pas s'arranger pour le coup !). D'ailleurs, Raj n'a même pas pris la peine d'aller rencontrer sa fille ? Lui qui a limite forcé Chloé pour avoir un enfant, c'est limite...

    Ouvre les yeux Chloé, sauve-toi ! Va retrouver Nicolas, il te rendra heureuse :)


    Ah oui, j'ai ri quand j'ai lu ça :
    Luluswan a écrit: »
    "Mmmm... Je sens que tu vas me causer des ennuis avec les garçons, toi, plus tard !", murmurai-je avec un regard attendri à ma petite fille chérie.
    Ben si tu savais Chloé :lol:
    Challenge 7 bambins - La vie des Bambini (terminé) *** Challenge 100 bébés - Le compte-rendu des Conti (terminé)
    Not so Berry Challenge - Une aventure haute en couleurs (terminé) *** Défi crise financière - Quand Lulu s'y met (terminé)
    Challenge Génération - G3 - La lignée Berry perdure (en cours) *** Lulu fait des challenges - Voyage surprise (en cours)
    dfy0i9rh65ac.jpg
  • KanneliaKannelia Messages: 3,989 Membre

    @Himari74 : quelle douce, câline, et attentionnée maman est cette jolie Chloé :)
    L'horizon deviendrait il plus bleu pour elle?

    Laissera t-elle enfin éclater au grand jour ses sentiments pour Nicolas ?
    Tu sais nous tenir en haleine :) elle est très belle cette histoire ;)
    ghag8jb0gmkv.jpg

  • IsawIsaw Messages: 670 Membre
    Ah quand même, elle a fini par partir pour de bon, la vieille Rasoya! Ah non... elle revient la nuit :#
    Bienvenue à ce joli bébé :)
    J'ai aussi beaucoup aimé ce hors série, très émouvant... J'espère que Chloé saura trouver le bonheur, elle le mérite :)
    Legacy : Crispin
  • OOmisslauraOOOOmisslauraOO Messages: 159 Membre
    août 2017 modifié
    Ah la la je viens de rattraper mon retard !! Que de frissons !! J'en connais une qui va finir dans le filet du cher Nicolas ! Et bienvenue à la petite Romy ! :)
    .. La Lignée des Muller .. [challenge des 100 bébés - TERMINE]
    .. La Lignée des Muller .. [challenge les 7 Génies - TERMINE]
    .. La Lignée des Muller .. [challenge Not so Berry Challenge]
  • Himari74Himari74 Messages: 1,551 Membre
    @Luluswan Oui même si on avance pas-à-pas, au moins, on avance :wink:
    Je crois qu'on peut dire que ce mariage est mort. De toutes façons, maintenant, c'est limite si Chloé n'a pas construit un mur qui sépare elle et sa fille de tout le reste de l'appartement. Elle passe ses journées dans cette chambre à la pouponner ou simplement à rester près d'elle. Quant à Raj, il passe son temps à pleurer sa mère et maintenant qu'elle est revenue, il ne la lâche plus. Et il n'approche plus ni Chloé ni sa fille... :sweat:
    Ah ça... Je crois que c'est ce que tout le monde espérerait...
    Haha en effet ! :joy:

    @Kannelia Disons que ça se colore lentement... En espérant que sa fille l'aidera dans cette voie ! :smile:
    Merci beaucoup d'apprécier et de suivre cette histoire ! :kissing_heart:

    @Isaw On n'a jamais fini avec elle :joy:
    Merci beaucoup pour Romy, Chloé et mon hors-série ! :smile:

    @OOmisslauraOO Merci ! :heart: Même si pour Nicolas, rien n'est encore joué :tongue:


    Chapitre 15
    L'aube se lève sur nos deux lits côte-à-côté. Les nuits sont plus courtes mais les jours restent les mêmes, hormis ce joli sourire qu'elle m'offre avec le lever du soleil. Je ne pensais pas qu'être mère pouvait apporter autant de joie et d'épanouissement. Un enfant dans ses bras, c'est si petit, si fragile mais ça vous donne tellement de force rien que par son sourire. On est prêt à s'user toutes les nuits, les unes après les autres pour veiller sur lui. Quand je me souviens de quand je hurlais sur la vieille Rasoya parce que sa voix stridente traversait les murs ! Maintenant, il ne me viendrait pas même à l'idée d'en vouloir à qui que ce soit pour mes nuits entrecoupées du son des pleurs de Romy. Raj ne s'approche pas du berceau. C'est comme s'il en avait peur. Une fois, comme je ne bougeais pas, il est venu me secouer mais on il n'a pas osé la prendre dans ses bras. Ça s'arrangera sûrement quand elle grandira.
    glwehkalgi2b.jpg
    Il commençait déjà à se faire tard et je m'empressai de prendre une douche. Aujourd'hui, je reprenais le travail pour la première fois depuis la naissance de Romy. Ça m'effrayait un peu de la laisser seule avec Raj mais il fallait que je lui fasse confiance. Au moins pour ça.
    6aief5emb7y0.jpg
    Tout en mangeant, je l'observai, sans oser prononcer une parole. On ne se parlait plus depuis un certain temps, maintenant. Je ne savais absolument pas comment démarrer la conversation, d'autant plus qu'il semblait absorbé par le feuilleton qu'il regardait.
    qrk1ca57jjfs.jpg
    Je me raclai la gorge.
    "Raj ?
    - Oui ?", répondit-il distraitement, les yeux toujours fixés sur l'écran.
    5nmk54c2l7pj.jpg
    "C'est sérieux, Raj ! Tu penseras à t'occuper de Romy pendant mon absence ?
    - Ne t'en fais pas. Je ferai venir une nounou.
    - Pardon ?
    - Quoi ? Qu'est-ce qu'il y a ? C'est pas ça que tu voulais ?
    - Je ne suis pas sûre de comprendre. Tu travailles aujourd'hui ?
    - Non, tu le sais bien.
    - Pas besoin de faire venir quelqu'un alors ! Tu as des biberons tout prêts, après tu as juste à la changer et aller la voir de temps en temps ! C'est absurde de déranger quelqu'un pour ça alors que tu seras présent !
    - Je pensais pourtant que ça te rassurerais que je fasse venir quelqu'un.
    - Ce qui me rassurerait, ce serait que son père s'occupe d'elle !
    - "Son père" voilà donc la seule chose que je suis pour toi ?
    - Ne commence pas avec ça !
    - J'aimerais bien savoir où tu passes tes journées et aussi pourquoi ce n'est pas moi que tu as choisi pour t'accompagner à l'hôpital ? Remarque, je n'avais peut-être aucun droit de réclamer cet honneur ! Après tout, qui sait si cette fille est seulement la mienne !
    - Non mais tu te f*** de moi ? Je peux savoir ce que tu es en train d'insinuer ? Je te rappelle que c'est toi qui tenais à tout prix à avoir cet enfant ! Comment est-ce que tu peux croire des choses pareilles ?
    - Arrête ton cinéma, toi-aussi. Tu dois dire la vérité pour Romy, car c'est sans doute la seule raison pour laquelle tu restes mais je sais parfaitement que ce n'est pas moi que tu aimes."
    N'y tenant plus, je me levai sans un mot de plus. Comment pouvait-il penser ce genre de choses sur moi ? Me connaissait-il à ce point peu ? J'en avais assez de cette vie, de cet appartement, de ne pas pouvoir adresser la paroles à mon mari sans que ça ne finisse en disputes. Et lui qui restait devant son écran de télévision, l'air totalement calme en me jetant à la figure tout ce qu'il pensait de moi et à quel point il me déconsidérait. Quand s'était-il mis à penser ce genre de choses à mon sujet ?
    Totalement déboussolée par cette discussion, je me contentai de nourrir une dernière fois ma chère Romy avant de partir vers le labo'.
    t59j9mgbegeq.jpg
    Là-bas, je n'entrais pas directement dans les locaux. J'avais besoin de me poser un peu avant de voir des gens. Je me mis donc à creuser le sol à la recherche de minéraux et autres pierres précieuses.
    a0k8uz8g06wt.jpg
    Une fois remise du choc des insinuations de Raj à mon égard, je rentrai donc. Nicolas m'aperçut presque aussitôt.
    "Chloé ? Tu es donc venue ?
    - Comme tu le vois, oui !
    - Tu as bien du courage de revenir si vite !
    - Puisque tout s'est bien passé et que je suis en pleine forme, je ne vois pas pourquoi j'aurais dû encore attendre ! Merci encore pour m'avoir accompagnée. J'étais...vraiment contente de te voir."
    hsno3nucgk7g.jpg
    "Oh... Je... Moi-aussi, à vrai dire, j'étais heureux de pouvoir t'être utile, ne serait-ce qu'un peu... Et... J'étais content de te recevoir chez-moi ensuite... La prochaine fois, je te présenterai ma fille ! Je suis sûre qu'elle te plaira, c'est une super fille !
    - C'est drôle ! Elle a dit la même chose de toi !
    - De quoi ?"
    Oups. La gaffe. Elle m'avait bien dit de ne rien dire à son père ! Quelle imbécile !
    "En tous cas, elle a de la chance de t'avoir", repris-je en éludant la question.
    Il ne sembla pas remarquer que j'évitais de lui répondre ou alors, il eut l'amabilité de ne pas le faire remarquer. En disant ces mots, je n'avais pas pu m'empêcher de penser à Raj et cela devait se lire sur mon visage car Nicolas planta ses yeux dans les miens et dit :
    "Tout va bien, Chloé ? Tu sais que tu peux me parler, au moindre souci...
    - Oui, je sais. Ne t'en fais pas."
    Il me serra contre lui et je me sentis coupable.
    m97fs1l1pl2d.jpg
    Coupable de me sentir si bien dans ses bras. Coupable de chercher du réconfort auprès de lui, à chaque fois. Coupable de ne pourtant pas me confier entièrement à lui alors que je savais pertinemment qu'il était tout prêt à m'écouter. Mais je n'avais pas envie qu'il voie mes faiblesses. Je voulais avoir l'air forte et sûre de moi face à lui. Pourtant, je me demandai comment il aurait réagi si je lui avais parlé de mon père, de ma mère, de... Gaël ? Non, je ne pouvais pas m'imaginer lui parler de Gaël, sans toutefois en comprendre la raison exacte. Et lui parler de Raj ? Pour lui dire quoi ? Qu'il avait raison et que je m'étais trompée ? Que je n'aurais jamais dû accepter de l'épouser ? Pour lui avouer que j'étais lâche, que j'avais peur de la solitude plus encore que de cette vie que je menais à présent ? Comment aurais-je pu lui dire tout cela sans craindre qu'il ne me haïsse ? Et si je perdais son amitié... qu'est-ce qu'il me resterait après ça ? Il avait été le premier à se tourner vers moi, m'aidant dans mes premières errances.
    Nous nous désenlaçâmes, je lui souris et il retourna à son travail. J'étais toujours déçue de ses séparations mais si j'espérais des promotions, il fallait bien que je me mette au travail, à un moment donné. Avant ça, je me fis accoster par Zoé.
    "Encore à faire des câlins à Nicolas ? Laisse-le un peu, le pauvre ! Il se trouvera jamais une petite amie si tu le colles tout le temps comme ça ! Et pense aussi aux malheureuses vieilles filles qui hantent ces labos, en désespérant de trouver un jour, le bonheur !
    - Qu'est-ce que tu me chantes là, Zoé ?", répondis-je distraitement. Je songeai à ce qu'elle venait de dire... Les mots de " Il se trouvera jamais une petite amie", tournaient en boucle dans ma tête. Nicolas, avoir une petite amie ? C'est vrai qu'il n'était pas laid et tellement gentil avec tout le monde... Mais sans savoir pourquoi, je ne parvenais pas à l'imaginer avec une petite amie... Il avait pourtant été marié... Sa fille n'était pas tombée du ciel !
    - Ben alors ? À quoi tu rêves, Chloé ?
    - Euh... À rien du tout !"
    4fi4jf04fc47.jpg
    "Menteuse ! Tout roule chez-toi, je suppose ? Raj doit être super content, non ?
    - Hein ? Pourquoi ?
    - Bah pour Romy, tiens !
    - Ah euh... Sans doute oui...
    - Hey, miss ! Ce genre de cinéma, il passe peut-être avec Sasaki parce qu'il est super gentil et qu'il voit bien que t'as pas envie de parler mais avec moi, ça prend pas ! T'as des problèmes avec Raj, pas vrai ?
    - Eh bien... À vrai dire, ça se passe pas super bien...À chaque fois qu'on se parle, ça se termine en dispute...Et ce matin...Ce matin, c'est vraiment parti loin... On parlait de la garde de Romy pendant mon absence et il tenait absolument à faire venir quelqu'un pour la garder alors que lui-même devait rester à la maison... J'essayai de comprendre pourquoi il avait tellement peur de la garder tout seul et puis il a commencé à hausser le ton et...Il a insinué qu'il n'était même pas sûr que Romy soit de lui et puis que je n'étais jamais à la maison... Enfin, tu comprends pas vrai ?
    - Oh là là là là ! Mais pourquoi tu as gardé tout ça pour toi, espèce d'imbécile !"
    Elle me serra dans ses bras et je me sentis toute bête de ne pas lui avoir parlé plus tôt.
    gku28ytj28rn.jpg
    "Bon. Alors, écoute Chloé. On est d'accord qu'il est parti trop loin et qu'il aurait jamais dû te balancer tout ça comme ça, ok ? Je prends absolument pas parti pour Raj, qu'on soit bien d'accord là-dessus ! Et je te soupçonne absolument pas d'avoir fait ce qu'il a dit. Mais...
    - Mais quoi ?
    - Tu t'énerveras pas, hein ?
    - Bien sûr que non !
    - J'suis tout-à-fait d'accord avec toi sur le fait qu'il est censé s'occuper de sa fille mais premièrement, il a peut-être tout simplement peur de pas savoir si prendre avec elle et deuxièmement, vu que vos relations sont tendues et que tu es toujours collée au berceau, je me trompe ?
    - Non, non, mais.
    - Tttt ! Vu que tu es toujours collée au berceau, ça doit pas être facile pour lui de l'approcher sans avoir peur que vous commenciez à vous disputer le berceau, ok ? Et ensuite, c'est vrai que si vous ne vous parlez plus et que tu es souvent absente, il est en droit de se poser des questions, non ?"
    Je restai silencieuse un moment en réfléchissant à tout ce qu'elle venait de me dire. Tout paraissait tellement évident maintenant qu'elle l'avait dit !
    "Oui, bien sûr, je comprends... Seulement... J'aurais préféré qu'il me dise tout ça lui-même.
    - C'est normal... Mais si tu ne l'aimes plus, il doit l'avoir senti et ça doit le blesser...J'dis certainement pas qu'il est exemplaire, au contraire ! Bref, va falloir que je retourne travailler... À plus, louloute !
    - Merci Zoé !
    - Bah de rien... Il va falloir que tu fasses un choix, Chloé. Ça peut pas continuer comme ça. Si tu n'aimes plus Raj, tu ne peux plus continuer à vivre avec lui comme si de rien n'était.
    - Je le sais bien... Mais je ne veux pas imposer mon choix à Romy...
    - Ça se comprend mais je pense que ce climat n'est pas bon pour elle non plus... Enfin, je dis juste ce que je pense !"
    Zoé avait raison. Il faudrait que je me décide à partir définitivement un jour ou l'autre. Et le plus tôt serait le mieux. Mais j'avais besoin de réfléchir sérieusement à la question avant ça.
    Je me mis enfin au travail. Ça risquait de pas passer aujourd'hui pour la promotion, mais ça ne m'empêchait pas d'exploiter au maximum le temps qu'il me restait.
    yat1ynlh684r.jpg
    J'améliorai une fois de plus mon RayonSim. Ça commençait vraiment à devenir flippant cet engin ! Je pouvais désormais hypnotiser les gens pour les faire changer de tenue (?). Me demandez pas quelle utilité ça à : j'ai des idées bizarres des fois, c'est tout.. En tous cas, ça fonctionne ! Et c'est le principal en sciences, non ?
    "T'es partant pour un test Neelesh ?
    - Pas vraiment, non.
    - Bon bah tant pis alors !"
    j5bsup5vignq.jpg
    Je crois qu'il manque de vacances çui-là alors je lui ai gentiment proposé de mettre un bon maillot de bain et des lunettes de soleil pour repartir de bonne humeur ! Il s'est exécuté mais pour la bonne humeur... on repassera !
    hpi2whri1g66.jpg
    En attendant de trouver de nouveaux cobayes, j'ai décidé de fabriquer une potion contre la faim. Bonne idée non ? Et puis génial pour les femmes enceintes qui se plaignent tout le temps d'avoir faim. Ou encore pour remplacer les petits sandwiches de la pause de midi, pas toujours très recommandés par le Ministère-sim de la Santé !
    0tqzod9opaio.jpg
    J'étais plutôt dubitative par l'aspect de la potion et je la testai donc d'un air plus que dubitatif...
    7cj160o4qndg.jpg
    À raison puisque j'avais écopé d'un sévère mal de crâne mais j'avais toujours faim. Échec de la manœuvre, donc.
    l7nrnwyo64gb.jpg
    Mon RayonSim marchait beaucoup mieux lui !
    q61at51ee02o.jpg
    3viu7feu6nhy.jpg
    100% de réussite ! De quoi rendre jaloux tous les super-méchants ! Bon, je vois pas quel intérêt ils auraient à modifier les tenues des super-gentils mais certains génies tordus voulant humilier leur adversaire devraient y trouver leur compte, non ? En tous cas, je suis parée pour le prochain Spider-Sim !
    g2y1ygdv6rfr.jpg
    Chloé Berry dans le rôle du grand scientifique psychopathe !
    Ce travail avait au moins le don de me détendre et de me faire oublier, dans la mesure du possible tous mes ennuis de la vie réelle...
    "Miss Patel ? Voulez-vous bien être mon cobaye avant de rentrer chez-vous ?
    - Ok mais c'est bien parce que c'est toi ! Et si tu me mets en maillot de bain devant tout le monde, tu le regretteras !"
    fj940ei77v5e.jpg
    Tadaaam ! Si elle est pas super belle ma Zoé dans sa tenue de demoiselle d'honneur !
    ggk7am5ztqy9.jpg
    Il fallut pourtant bien rentrer à un moment donné. Si travailler me détendait, retourner à l'apart', nettement moins !
    khki0cz8pceq.jpg
    En arrivant, je pus congédier la nounou que Raj avait fait venir. La petite dormait profondément de toutes façons. Raj était en train de regarder un match de rugby à la télé. Je me sentis peinée en songeant qu'il avait dû passer la journée ainsi alors qu'il avait une fille formidable et qu'il aurait pu profiter de mon absence pour approcher. Zoé devait avoir raison : il avait peur de ne pas savoir comment s'y prendre... Mais et moi alors ? Est-ce que je n'avais pas peur des fois de ne pas comprendre ce qu'elle désirait ? Je ne pouvais m'empêcher d'être en colère contre lui. Il me rappelait trop mon père, les yeux fixés sur l'écran de son ordinateur, trop absorbé par ses affaires pour songer à sa petite Chloé. Il fallait pourtant que je comprenne : je supposais que Raj n'avait jamais connu son père (impossible de m'imaginer qui que ce soit vivant sous le même toit et amoureux fou de la vieille Rasoya !) et sa mère n'avait certainement pas dû être toujours très tendre avec lui mais quand même ! Il aurait au moins pu s'approcher du berceau, ne serait-ce qu'une fois !
    coiimnyiv229.jpg
    J'allai prendre un bain pour me détendre et réfléchir... du moins était-ce mon but à l'origine mais je finis pas m'endormir dans l'eau chaude.
    3ziq1mb6d52k.jpg
    Je m'éveillai en sursaut. Je fus tout d'abord un peu déboussolée, la vapeur d'eau ayant dû me monter à la tête. Je ne savais toujours pas quoi faire ni quand agir.
    zb8136odo1px.jpg
    Je songeai brusquement à ma fille. Mon Dieu ! Quelle mère indigne ! Et si elle s'était réveillée pendant mon sommeil et que personne n'avait été là pour accourir à ses cris ? Et quelle heure était-il ? Je me précipitai dans la chambre. J'eus un soupir de soulagement : elle dormait toujours d'un sommeil paisible. Je revins au salon, bien décidée à avoir une conversation sérieuse avec Raj. Mais il dormait également, sur le canapé, la télé encore allumée. Je n'eus pas le cœur de le réveiller et me contentais d'éteindre la télévision.
    2sve0n1gjk2m.jpg
    J'attrapai ensuite un bol de "Fruits et yaourt" qui traînait dans le frigo. Sans doute Raj qui l'avait préparé pour moi. Je ne pouvais pas lui reprocher cela : il y avait toujours un petit quelque chose pour moi dans ce frigo, quels que soient nos différents et quel que soit son état de fatigue.
    kmgvqs3kgw10.jpg
    J'allais ensuite chercher le courrier. Des factures, bien évidemment mais aussi une lettre...adressée à Mlle Chloé Berry. Destinataire : Mme Tilda Guérin, anciennement Tilda Imadza.
    202417g1cxog.jpg
    Ce simple nom fit re-jaillir en moi une tonne d'émotions. Je décachetai fébrilement la lettre sans savoir au juste ce que je pouvais espérer d'une pareille lettre, des années après un passé que j'avais tenté de fuir.
    Ma chère petite Chloé,
    Crois bien que nous comprendrions que tu ne souhaites pas ouvrir cette lettre après des années de silence pendant lesquelles tu as sans doute espéré nous oublier à tout jamais. Nous comprendrions parfaitement qu'aucun réponse ne nous parvienne et nous ne t'en voudrons pas pour autant. J'écris "Nous" car comme tu l'as sans doute déduit, je suis aujourd'hui mariée. Avec nul autre que Paolo Guérin qui t'envoies toute sa tendresse et son amitié comme il l'a toujours fait. Si tu as oublié ta vieille Tía et ton bon Paolo, alors tant pis, referme cette lettre et oublie-la. Mais s'il reste en ton cœur encore un peu de tendresse pour de vieux êtres comme nous, lis jusqu'au bout. Je ne te reparlerai pas des tragiques événements qui ont pu marquer ta vie mais je pense que tu as suffisamment grandi pour que tu puisses de nouveau penser à nous sans être pleine de cette rage impuissante qui t'as prise quand mon cher neveu est parti. Il manque encore et manquera toujours, je le sais. J'étais heureuse qu'il t'ait rencontrée. Tu l'as changé. Et en bien.
    Mais comme je te l'ai dit, je ne t'écris pas pour raviver d'anciennes blessures. J'espère de tout cœur (et Paolo de même), que tu as réussi à vivre de nouveau. Car lorsque nous t'avons quittée, tu ne vivais plus, tu survivais. Oui, j'espère de tout cœur que ton cœur aura su trouver quelqu'un d'autre sur qui compter comme j'ai trouvé Paolo. Nous avons trois enfants très joyeux et nous espérons que c'est également ton cas car avec une mère aussi formidable que la tienne, tu ne peux qu'en être une merveilleuse, Chloé.
    En espérant avoir de tes nouvelles,
    Paolo et Tilda.

    Je restai encore un instant, le regard vague fixé sur cette lettre. Ils avaient toujours été là pour me soutenir et moi, je n'avais pensé qu'à ma mère et à Gaël, oubliant comme j'avais pu être heureuse là-bas. Pourquoi tous ces regrets quand j'aurais dû me contenter d'être heureuse ? Mon enfance avait été un véritable paradis et je ne devais pas l'oublier. J'avais de la chance d'avoir eu ma mère, Tilda, Paolo et Gaël à mes côtés. Il y avait des enfants qui n'avaient pas cette chance. J'allais me coucher en songeant que j'avais eu une enfance formidable, que j'avais une fille formidable et que je n'étais vraiment pas à plaindre.
    9e6hbbvy2ktd.jpg
    Mes nuits étaient certes, plus courtes, mais rien n'aurait pu me procurer plus de joie que d'apaiser cet ange adorable que Dieu m'avait donné. Et puis, si j'étais malheureuse en ménage, c'était uniquement de ma faute. C'était moi qui avais choisi de l'épouser avant d'être sûre de ce que je ressentais. Moi qui avais choisi cette vie plutôt qu'une autre. Et s'il fallait changer quelque chose, c'était à moi, et à moi seule d'agir.
    8dpu3b4gayna.jpg
    J'y songeai en allant au travail, ce matin-là, creusant la terre à la recherche de minéraux. J'y songeai plus sérieusement que jamais. Partir, il le fallait.
    wsd1ghntapsj.jpg
    J'y songeai en observant Nicolas du coin de l'œil. Il avait un air concentré en observant quelques échantillons, qui, malgré moi me fit sentir toute drôle. Je n'avais plus envie de rentrer chez-moi pour y trouver mon homme affalé devant la télévision comme un vieil ours en hibernation. Je voulais quelqu'un sur qui je puisse compter comme père et comme mari. Je voulais recommencer de zéro, pour avoir, peut-être, une nouvelle chance et regarder le monde avec des yeux neufs.
    92vjqy811kg2.jpg
    J'y songeai en rédigeant mon rapport.
    3zt7d4icy5th.jpg
    J'y songeai en plaisantant gentiment avec Nicolas.
    da8ul08jvxgg.jpg
    J'y songeai en parlant avec ma chère MARLI.
    z1uffvn2xez4.jpg
    Et à la fin de la journée, je pris conscience d'une chose. Ma maison, c'était le labo'. Je ne voulais plus rentrer chez-moi parce que les meilleurs moments que j'avais pu passer depuis mon arrivée à Simcity, s'étaient passé dans ce labo'. Il fallait que je me trouve un chez-moi où j'aurais pu rentrer, heureuse de ma journée de travail mais heureuse également de me trouver chez-moi. Car l'appartement que je partageai avec Raj n'avait jamais été un chez-moi, que ce soit à cause d'une belle-mère acariâtre dont c'était le domaine ou à cause du fait que je le partageai avec cet inconnu qu'était devenu Raj pour moi. Je fis refaire la chambre de Romy, en prévision de son futur passage "bambin" mais au fond de moi, je savais qu'elle n'y séjournerait pas longtemps. Je savais que, bambine, elle serait assez grande pour comprendre. J'avais été bambine moi-même et dès mes premiers instants sur deux pattes, j'avais compris que ma maison ne serait jamais un "chez-soi" pour ma mère. Quand elle grandirait, je lui expliquerai tout. Alors, si elle acceptait de me suivre dans ma folie, je partirai enfin, définitivement.
    bjdmdq01wk6x.jpg
    420l9p2b5v5w.jpg
  • Sysy83Sysy83 Messages: 17 Membre
    septembre 2017 modifié
    Ouiiiiiiiiiiii !! Enfin la vie s'illumine pour la jolie Chloé ! ! Elle prend de plus en plus conscience que sa situation n'est pas saine !! C'est cool de la voir se bouger un peu pour arranger tout ça et offrir une belle vie à sa fille.
    Oh et ce Nicolas... Je suis fan de lui, il est tellement accordé avec Chloé.
    Toujours un réel plaisir de te lire !! ^^
    Post edited by Sysy83 on
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.
Return to top